«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Sklavounos out !

D’autres reproches d’inconduite pèsent sur Sklavounos

vendredi 10 février

(Québec) Gerry Sklavounos ne réintégrera pas le caucus libéral de sitôt. Depuis la semaine dernière, d’autres dénonciations d’attitudes inconvenantes qu’aurait eues le député de Laurier-Dorion à l’endroit des femmes sont parvenues au bureau de Philippe Couillard.

Selon les informations obtenues par La Presse, lors de la réunion des députés libéraux de vendredi dernier, la présidente du caucus, Nicole Ménard, a demandé sans détour aux élus de se manifester s’ils étaient au courant d’autres écarts de conduite du député, qui venait d’être blanchi par le bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Au cours de la réunion dont, exceptionnellement, les employés politiques étaient exclus, elle a expliqué qu’il s’agissait d’avoir un tableau complet de la situation, pour ne pas retomber dans un nouveau psychodrame dans quelques semaines. « Si vous avez des choses à dire, dites-les, c’est le moment », a renchéri M. Couillard, selon un témoin. Or, en fin de semaine, a-t-on appris, Mme Ménard a été informée que d’autres employées politiques affirmaient avoir fait l’objet d’une cour aussi insistante que déplacée de la part du député. « Plusieurs personnes ont rapporté des gestes inappropriés », confie-t-on à La Presse. Jointe hier, Mme Ménard a refusé de commenter des propos « tenus dans un huis clos ».

Déjà l’automne dernier, des reportages révélaient que M. Sklavounos avait été inconvenant avec certaines jeunes employées, des pages de l’Assemblée nationale notamment.

Réintégration « ni automatique ni immédiate »

C’est pourquoi, en dépit de la déclaration repentante du député Sklavounos hier matin, le premier ministre Couillard montrait bien peu d’empressement à passer l’éponge. La « réintégration éventuelle » du député ne saurait être « ni automatique ni immédiate », a-t-il fait savoir, de passage à Bromont. Le caucus des députés devra à nouveau discuter du cas Sklavounos la semaine prochaine.

À l’Assemblée nationale, les troupes libérales ont aussi accueilli avec prudence la sortie de M. Sklavounos. La ministre des Institutions démocratiques, Rita de Santis, a admis que la situation provoque un inconfort dans l’équipe gouvernementale. « Vous savez, c’est normal qu’on soit un petit peu mal à l’aise, a-t-elle dit. C’est un collègue, maintenant il se retrouve dans cette situation. » Vice-première ministre et responsable de la Condition féminine, Lise Thériault estime qu’il est trop tôt pour discuter d’une possible réintégration dans le caucus libéral.

L’opposition ferme la porte

L’opposition s’est montrée beaucoup plus incisive. Pour le Parti québécois, il est clair que M. Sklavounos n’a plus sa place dans le caucus libéral. La whip Carole Poirier estime que les commentaires du député ont pour effet d’attribuer aux femmes la responsabilité de ses gestes. « Lorsque le député de Laurier-Dorion nous dit qu’il est extraverti, volubile, passionné, spontané, ce n’est pas là la reconnaissance à laquelle nous nous attendions. Le comportement et la déclaration de ce matin me laissent croire que [Gerry Sklavounos] n’a aucun regret et qu’il ne se remet même pas en question », a résumé Mme Poirier.

La députée de Québec solidaire Manon Massé a carrément exigé la démission du député. Selon elle, il est clair que M. Sklavounos n’a exprimé aucun regret et que son discours s’apparente à celui de « vieux mononcles cochons ». « Il dit : "Ce n’est rien qu’une joke, mesdames, ne pensez pas que c’est du harcèlement, ne pensez pas que je fais ça parce que je vous dénigre", a-t-elle dénoncé. C’est ça qu’on entend en arrière. »

La CAQ s’est elle aussi montrée sceptique devant le mea culpa du député. « M. Sklavounos a fait ce que le premier ministre lui a demandé, a dit Nathalie Roy. C’était téléguidé, on lui a dit : "Fais une déclaration" et il l’a fait. Ça vaut ce que ça vaut, quant à moi. »

Des regrets, mais d’excuses

Gerry Sklavounos est sorti de son silence hier matin à Montréal en tenant une conférence de presse aux côtés de sa femme Janneke et de quelques membres de l’exécutif de sa circonscription. Le député a martelé « regretter sincèrement » avoir pu « offusquer ou rendre inconfortables » certaines personnes dans les « couloirs de l’Assemblée nationale, au party de Noël, dans la salle des députés », lors de tentatives de « socialiser », « d’alléger l’atmosphère » ou de « faire le clown ». Criminaliste, l’avocat s’est gardé toutefois de prononcer des « excuses » formelles qui équivaudraient à l’admission d’un geste répréhensible.

« Je dis à ces personnes-là : je suis vraiment, vraiment désolé si jamais j’ai pu les rendre inconfortables », a notamment dit Gerry Sklavounos, en conférence de presse hier matin. « Je serai beaucoup plus réservé et beaucoup plus prudent », s’est repenti le député de Laurier-Dorion, qui s’est engagé à « devenir un exemple » à l’avenir. Il a fermement qualifié de « fausses » les allégations d’Alice Paquet.

Les quatre derniers mois ont été un « enfer » pour le député et sa famille, a-t-il confié, sévère. Depuis cette tempête médiatique, Gerry Sklavounos a quitté sa maison moins de 10 fois. « J’ai beaucoup de travail à faire, premièrement pour ma santé. Je ne suis pas rétabli. J’ai perdu du poids, je suis assez stressé », a-t-il dit. Le député a également dénoncé le traitement médiatique de cette affaire, sans montrer du doigt un média en particulier. « La présomption d’innocence a été, dans certaines circonstances, un peu piétinée », a-t-il déclaré.

Retour la semaine prochaine

Toutefois, Gerry Sklavounos a éludé les nombreuses questions portant sur la nature de sa relation avec la jeune Alice Paquet, répétant qu’il ne comptait pas revenir sur cet événement. En anglais, le député a assuré être devenu un « meilleur homme » grâce à son introspection des derniers mois et il a promis de « soutenir les initiatives » promouvant l’égalité entre les hommes et les femmes.

Absent de l’Assemblée nationale depuis plusieurs mois, le député entend retourner siéger « dès la semaine prochaine » et souhaite réintégrer le caucus libéral. « Je suis un libéral dans l’âme », a-t-il assuré. Gerry Sklavounos s’adressait aux médias pour la première fois depuis que le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a conclu la semaine dernière qu’il n’avait commis « aucun acte criminel » à l’endroit d’Alice Paquet. La jeune femme allègue avoir été agressée sexuellement par l’élu.

- Avec la collaboration de Louis-Samuel Perron, Martin Croteau et de Tommy Chouinard

LA DÉCLARATION DE GERRY SKLAVOUNOS VUE PAR...
ALICE PAQUET

« Je vais me prononcer sur la sortie publique de Gerry Sklavounos. Mais pas maintenant. J’ai trop de peine, c’est trop lourd et le sentiment d’avoir tout fait ça pour rien est très présent. Je vais me prononcer quand j’aurai essuyé mes larmes p’tit peu. Pour l’instant, j’ai rien à dire à part : le 15 février, on dit non à la culture du viol. On dit non à son retour à l’assemblée.

À plus tard.

P.S. Merci pour vos mots doux, vous me faites du bien. »

- Extrait d’une publication parue sur le compte Facebook d’Alice Paquet, qui allègue avoir été agressée sexuellement par Gerry Sklavounos

> Lire la suite de l’article sur La Presse


Suggérer cet article par courriel
Gouvernement Couillard

Le commencement de la fin

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités