«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Enseignement de l’histoire : la France confrontée à la même problématique que le Québec, gracieuseté du Nouvel ordre mondial

D’abord oublier son histoire, puis oublier la France…

samedi 7 septembre 2013

Le ministère de l’Éducation nationale vient discrètement d’annoncer l’allégement des cours d’histoire en troisième et dans certaines sections de terminale. Déjà, lors du précédent quinquennat, la suppression de cet enseignement en terminale scientifique et la disparition de grands personnages historiques des programmes du collège, tels Napoléon ou Louis XIV, relevaient de la même logique. Cette nouvelle réforme, anodine en apparence, marque pourtant la poursuite de l’affaiblissement constant de l’instruction de l’histoire de France, quand bien même la connaissance de celle-ci chez les plus jeunes diminue de manière inquiétante.

Cette évolution est le fruit de la volonté opiniâtre de notre classe dirigeante, insensible au délitement progressif de la France, qui met tout en œuvre pour détruire les résistances nationales. Celles-ci sont en effet un obstacle à ce monde du « tout commerce » peuplé d’individus déracinés, que nos élites veulent instaurer. Rien de tel alors que la disparition des cours d’histoire ; en effet, un peuple oublieux de son passé consent d’autant mieux à se détourner de ses racines.

Souvent ignorée, donc, l’histoire de France subit également de virulentes attaques. L’on est ainsi régulièrement sommé de présenter nos excuses pour la traite des esclaves, la colonisation ou la collaboration. Cette diabolisation est particulièrement orientée vers les jeunes Français issus de l’immigration africaine ; l’antiracisme et certains médias de gauche véhiculent cette vision négative de la France, entretenant alors chez une partie de ces jeunes la haine et le rejet du pays qui les nourrit.

Réduite parfois à quelques périodes peu glorieuses, l’histoire de France est injustement maltraitée. Notre roman national, jadis objet de fierté, devient ainsi un objet de culpabilité. Ces reproches nient sans vergogne l’histoire de l’humanité dans laquelle aucun pays n’est irréprochable. Et cette vision biaisée occulte les particularités de la nation française : notre pays est devenu au fil de son histoire un modèle de civilisation, fondé sur une formidable richesse culturelle et scientifique, des idéaux émancipateurs et un art de vivre inégalable.

Nos ancêtres, dont le concours depuis des siècles a permis d’édifier un pays si prospère, nous ont légué un héritage considérable qu’il est de notre responsabilité de faire vivre ; à défaut, celui-ci pourrait bien disparaître. Pour ce faire, il est essentiel que la transmission de l’histoire de France, dont l’enseignement à l’école est le socle, éclaire avec précision la construction de notre nation. Et en donne de surcroît une vision positive, de telle sorte que les Français conservent l’envie de vivre ensemble et de s’imaginer un avenir en commun.

Les pays émergents, grands vainqueurs de cette mondialisation, sont empreints de nationalisme ; afin d’être en mesure de défendre ses intérêts, la France doit s’en inspirer. Nous devons donc absolument nous réapproprier notre histoire et renouer avec le sentiment patriotique. La France restera ce grand pays, qui faisait écrire à Chateaubriand qu’« il y a dans la nature du Français quelque chose de supérieur et de délicat que les autres peuples reconnaissent », à la condition que tous les Français acceptent à nouveau de s’inscrire dans la continuité de notre récit national.


Suggérer cet article par courriel
Enseignement de l’histoire
L’histoire en vedette

.

« La gloire qui reste... » - Lionel Groulx

.

« Un peuple ne se sépare pas de son passé, pas plus qu’un fleuve ne se sépare de sa source, la sève d’un arbre, de son terroir. » - Lionel Groulx, 29 juin 1937.

.

« Le drame d’une société, c’est de mépriser son histoire. » - Pierre Perreault

.

« Nous ne pouvons pas ne pas vouloir que l’histoire conduise à nous. » - Claude Habib, historien

.

« Philosophie de l’histoire : instrument plus ou moins inconscient de la volonté de puissance collective » - (Herder)

....

Depuis la Révolution tranquille, la narration de notre histoire est passé de glorieuse (sous l’Église) à honteuse (sous les laïcs) . Le défi qui se pose pour notre nation est celui de refaire corps avec son histoire. Comment imaginer qu’une nation ainsi enfermée dans l’espace du ressentiment puisse se projeter avec puissance dans l’avenir. - Vigile

.

Voir ces articles parus ces derniers jours :

http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/05/20/journee-des-patriotes--marois-promet-une-plus-grande-place-pour-lhistoire_n_3305597.html

http://quebec.huffingtonpost.ca/gilles-laporte/dollard-des-ormeaux-papineau-pauline-marois_b_3299279.html

http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?id_nbr=176

.

Et aussi la vidéo de l’historien Éric Bédard
http://www.youtube.com/watch?v=Vz3ZwqK53ZA

.

Et enfin cette vidéo d’archives exceptionnelle de la Deuxième Guerre Mondiale où l’on voit comment le gouvernement fédéral a utilisé notre héros national Dollard des Ormeaux en 1943 pour rallier les Québécois à son soutien aux forces alliées après l’épisode douloureux de la Conscription. À noter tout particulièrement la prestation de l’officier Tremblay http://www.youtube.com/watch?v=RVMdUY4Enl4

.

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités