«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

C’est le premier ministre des immigrants, les Québécois n’existent plus

MARCHÉ DU TRAVAIL

Couillard veut faciliter l’accès à l’emploi aux immigrants

mercredi 15 février

Le problème de la discrimination à l’emploi « va bien au-delà de la reconnaissance des diplômes », estime Émilie Nicolas, ajoutant qu’il existe aussi des « barrières systémiques ».

Le premier ministre Philippe Couillard semble désormais pressé de faire adopter le projet de loi 98, qui favorisera l’intégration des immigrants au marché du travail. Accompagné par les deux ministres concernées par ce dossier, soit Kathleen Weil à l’Immigration et Stéphanie Vallée à la Justice, le chef du gouvernement libéral a dit vouloir s’attaquer aux barrières qui empêchent les immigrants de trouver un emploi et croit que son projet de loi sera adopté «  assez rapidement  ».

 

Représentant 46 ordres, la présidente du Conseil interprofessionnel du Québec s’est montrée étonnée d’un tel empressement, étant donné que, depuis le dépôt du projet de loi en mai et les consultations publiques au mois d’août dernier, le dossier n’avance guère. «  Je ne sais pas s’il a fait ça dans le contexte actuel où le gouvernement doit avoir l’air de faire beaucoup de choses pour l’immigration, s’est demandé Gyslaine Desrosiers après avoir écouté son point de presse. Mais il n’a rien dit là-dessus depuis le mois de mai.  »

 

Le projet de loi 98 modifiera diverses lois concernant l’admission aux professions et la gouvernance du système professionnel. Le taux de chômage des nouveaux arrivants «  est encore trop élevé  », a dit M. Couillard, expliquant qu’il est de 9,8 % pour les immigrants du Québec, mais de 15 % pour ceux arrivés au cours des cinq dernières années.

Quand bien même il y aurait une enquête, que voulez-vous qu’on fasse ?

La présidente du Conseil interprofessionnel du Québec, Gyslaine Desrosiers

 

Les ordres professionnels sont prêts à collaborer et se disent ouverts à des modifications de gouvernance, notamment en ce qui a trait à la composition de leurs conseils d’administration. Le point délicat concernait toutefois l’élargissement des pouvoirs d’un commissaire aux plaintes, qui deviendrait un « commissaire à la reconnaissance des compétences et à l’admission aux professions » avec pouvoirs d’enquête sur ce qui empêche l’accès à l’emploi des immigrants. «  On était déçus de cette proposition-là  », a reconnu Mme Desrosiers, mentionnant qu’il y a d’autres solutions prioritaires pour régler le problème.

 

> Lire la suite de l’article sur Le Devoir


Suggérer cet article par courriel
Gouvernement Couillard
Le commencement de la fin

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
11 925$  20%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/07 Jean-Robert Primeau: 50$
  • 21/07 Ginette Doiron: 10$
  • 21/07 Andre Laflamme: 100$
  • 21/07 Gilbert Paquette: 10$
  • 19/07 Alain Tousignant: 5$
  • 19/07 Patrice Albert: 5$
  • 19/07 Michel Arteau: 10$
  • 16/07 Gilles Harvey: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités