«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Le tango se danse à deux

UNION DES FORCES SOUVERAINISTES

Convergence minée

mercredi 15 février

Avant d’annoncer que le Parti québécois, dans un esprit de convergence, laissait le champ libre au candidat de Québec solidaire dans Gouin, Jean-François Lisée avait en main un sondage qui montrait que, même avec des candidats un tant soit peu connus, comme Paul St-Pierre Plamondon ou l’ancien député Nicolas Girard, le PQ risquait de mordre la poussière à l’élection partielle. À moins que le parti ne travaille «  très fort  » et qu’un éventuel candidat réalise son «  potentiel de croissance  », a euphémisé le chef péquiste.

 

On ne sait donc pas si Jean-François Lisée aurait pris la même décision si le coup de sonde avait confirmé une domination péquiste. Il n’en demeure pas moins qu’avec l’élection dans Verdun, il s’agit de la deuxième fois qu’il tend la main à QS. Dans les deux cas, le geste a été accueilli fraîchement.

 

Le chef péquiste savait à quoi s’attendre : il y a deux semaines, le président de QS, Andrés Fontecilla, avait diffusé un communiqué pressant le PQ de présenter un candidat dans Gouin, une semaine après que le député de Mercier, Amir Khadir, eut fait de même. Il n’y a pas de fédéraliste à battre dans Gouin et QS n’a pas besoin de «  l’aide  » du PQ, clamait le président de la formation politique.

 

C’est donc en toute connaissance de cause que Jean-François Lisée, aux côtés de la pasionaria de la convergence, Véronique Hivon, a annoncé ce «  geste de bonne foi  ». Une lutte acerbe dans Gouin entre péquistes et solidaires nuirait à la convergence entre les forces souverainistes, laissant derrière elle des «  cicatrices supplémentaires  », a soutenu Jean-François Lisée. Une froide analyse politique peut toutefois mener à la conclusion que le chef péquiste repousse la possibilité d’une défaite dont seule l’ampleur reste inconnue, ampleur à l’aune de laquelle son leadership serait évalué.

 

> Lire la suite de l’article sur Le Devoir


Suggérer cet article par courriel
PQ - Changement de paradigme
Le commencement de la fin ?

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 815$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$
  • 17/08 Henri-Paul Simard: 25$
  • 16/08 François-Luc Valiquette: 5$
  • 16/08 Gilles Harvey: 5$
  • 15/08 André Thibault: 5$
  • 15/08 Robert Lecompte: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités