«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Il faut qu’elle meure pour qu’on lui rende justice

Commission Charbonneau : Sylvie Roy à l’origine de l’effet « boule de neige »

lundi 1er août 2016

Aux yeux de deux ex-témoins-vedettes de la Commission Charbonneau, la députée Sylvie Roy aura été l’instigatrice de la volonté politique ayant mené au déclenchement d’une enquête publique sur les malversations dans l’industrie de la construction.

Mais malheureusement, selon le syndicaliste Ken Peirera et l’ex-entrepreneur Lino Zambito, Mme Roy, décédée dimanche à l’âge de 51 ans, n’a pas reçu tout le crédit qu’elle méritait.

Mme Roy a succombé à une hépatite aiguë, selon ce que son conseiller politique Éric Vachon a affirmé à plusieurs médias. La population pourra lui rendre hommage dimanche et lundi à Trois-Rivières. Ses funérailles auront lieu dimanche, à la cathédrale de l’Assomption de Trois-Rivières.

Au cours d’entretiens avec La Presse canadienne, lundi, MM. Peirera et Zambito ont souligné le travail « colossal » de la députée d’Arthabaska à une époque où de nombreux élus doutaient de la pertinence d’une enquête publique sur la construction.

Pour M. Zambito, c’est Mme Roy, avant même que l’Action démocratique du Québec (ADQ) soit absorbée par la Coalition avenir Québec (CAQ), qui a été à l’origine de l’effet « boule de neige » à l’Assemblée nationale à l’égard de ce dossier.

Toutefois, a ajouté M. Pereira, elle a été reléguée dans l’ombre une fois chez les caquistes parce que la question de l’intégrité dans la construction s’est retrouvée surtout entre les mains du député Jacques Duchesneau.

Pour sa part, l’ancien vérificateur Renaud Lachance - également l’un des commissaires de la Commission Charbonneau - a salué la contribution de Mme Roy.

Dans une déclaration transmise par courriel, celui-ci a estimé que l’intégrité et la saine gestion des fonds publics figuraient parmi les « grandes valeurs » de la députée.

Même si Mme Roy a écorché la FTQ-Construction à quelques reprises au fil des années, le directeur général du syndicat, Yves Ouellet, a néanmoins souligné que la députée avait fait son travail en posant des questions afin de faire avancer les choses.

Pour sa part, encore ébranlé, l’ancien chef de l’ADQ Mario Dumont, qui a recruté Mme Roy en politique, s’est souvenu d’une femme qui « travaillait très fort » avec une « détermination de fer ».

Revenant sur la décision de Mme Roy quitter la CAQ à la fin août 2015 pour siéger comme indépendante, l’ancien politicien a dit que la députée se sentait « sous-utilisée » par le parti de François Legault.

Si plusieurs se souviennent du travail accompli par Mme Roy en matière d’intégrité dans la construction, M. Dumont a rappelé que celle-ci avait également à coeur des dossiers comme celui des victimes d’actes criminels.

> Lire la suite de l’article sur La Presse


Suggérer cet article par courriel
L’après-corruption
Tous les espoirs sont permis

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités