«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Comment engager la société ?

Dans la lutte pour l’indépendance

Tribune libre de Vigile
dimanche 14 juin 2015
425 visites 5 messages

Débat passionnant organisé par les Intellectuels pour la souveraineté ((IPSO) le samedi matin 13 juin à Montréal, sous le thème « Comment engager la société civile dans la lutte pour l’indépendance du Québec ? ». Trois excellents panelistes : Pierre Céré, candidat défait à la récente course à la chefferie du PQ et porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses, Lorraine Guay, militante féministe d’expérience et Pierre Patry, trésorier de la CSN. On trouvera ici un compte rendu nécessairement incomplet (quelques notes glanées) : j’ai privilégié les éléments qui me semblaient les plus originaux et intéressants de ce débat complexe, qui ne date pas d’hier et qui est loin d’être terminé. La rencontre du 13 juin l’a magistralement nourri.

Pierre Céré

On a un modèle québécois de concertation, progressiste, qui ne s’enferme pas à gauche, qui sait composer avec la droite et qui est influencé par le nationalisme. La société civile a nourri ce modèle québécois (Fonds de travailleurs, etc.).

L’État ne se construit pas sans les citoyens. Le PQ n’est plus présent dans le mouvement social comme il l’a été dans le passé.

Lorraine Guay

Qu’est-ce que la société civile ? Une chimère insaisissable. Un fourre-tout qui comprend tout et son contraire (la gauche et la droite). Une diversité très grande. Oui, il faut faire des alliances... mais pas avec tout le monde ni avec n’importe qui.
Les associations de la société civile ont des fonctions différentes des partis politiques. Elle veulent que le pouvoir soit partagé et elles ne recherchent pas le pouvoir, contrairement aux partis. Ce sont des contre-pouvoir, de lieux de résistance. Elle veulent créer un autre espace démocratique.

Pour le référendum de 1995, il y a eu une alliance entre les partis politiques souverainistes et la société civile québécoise : nous, le peuple d’ici. On a alors insisté sur le concept de souveraineté populaire. On a contesté la seule démocratie représentative, on est entré dans une autre phase de la mobilisation.

Jusqu’ici, le PQ a dominé la question nationale. Il faut créer un nouveau lieu de dialogue non partisan sur l’indépendance. C’est l’orientation stratégique à privilégier.
Quelques expériences marquantes.

En 1995, des personnes actives dans des groupes communautaires, de femmes, etc. se sont positionnées à titre individuel en faveur de la souveraineté mais en mentionnant leur groupe d’origine. Et ces personnes demandaient que la souveraineté ait un contenu.

Il y a eu les Partenaires pour la souveraineté en 1995, les Intellectuels pour la souveraineté, les Artistes pour la souveraineté, les Pompiers pour la souveraineté, les Religieuses pour la souveraineté, etc. Les centrales syndicales ont appuyé le OUI, ainsi que la Fédération des femmes, le FRAPRU, etc. Il y a eu la Commission sur l’avenir du Québec, une expérience démocratique importante.

Il faut repenser la souveraineté à partir des marges, des exclus. Chercher ailleurs l’inspiration. Il faut organiser les forces de la société civile avec un mode de fonctionnement qui ne relève pas de l’autoritarisme. Les partis souverainistes doivent reconnaître que les organisations de la société civile ont un rôle à jouer. En 1995, les trois chefs (MM. Parizeau, Bouchard et Dumont) auraient dû laisser plus de place à la société civile et s’effacer un peu. Seul M. Parizeau, par la suite, a reconnu que les chefs auraient dû s’effacer un peu.

Nous ne serons pas des courroies de transmission des partis politiques. Il faut remobiliser les milieux populaires, les femmes, les marginaux, etc. Il faut mettre un contenu culturel dans l’indépendance. Rêver la société. Nous rapprocher des autochtones, des nouveaux arrivants. Par allusion aux propos récents du sociologue Jacques Beauchemin : « On a le droit d’être fatigués mais pas tous en même temps ».

En réponse à des questions à Mme Guay :

Doit-on déterminer le projet de société avant le référendum ? Le moment référendaire est un moment particulier d’union. C’est AVANT et APRÈS le référendum que le débat sur le projet de société doit se faire. Le processus est aussi important que le résultat. Il faut permettre que toutes les conceptions (tous les projets de société) s’expriment avant et après le référendum.

L’échéancier du référendum et de la souveraineté ne me préoccupent pas. Ce qui me préoccupe, c’est la reprise en mains du processus qui va mener à l’indépendance. Je fais confiance aux jeunes. Il y aura aussi des éléments extérieurs à notre situation qui pourraient être des déclencheurs (réactions du Canada, etc.).

Il faut interpeller directement les groupes de femmes, le mouvement communautaire autonome, etc. : quel impact le fédéral a-t-il sur votre fonctionnement, sur les conditions de vie de vos membres ? que faire alors ?

Pierre Patry

Quand un syndicat est accrédité, notre code du travail fait en sorte que le syndicat doit représenter TOUS les membres (différence importante avec les syndicats en France, par exemple où l’adhésion est individuelle). Cela créée des obligations quand on décide de s’impliquer. La CSN a deux fronts de lutte depuis Marcel Pepin (1968) : les conditions de travail (premier front) et les déterminants socio-politiques (deuxième front).

La CSN est indépendante de tous les partis politiques. Depuis 1990, elle est officiellement souverainiste. Elle s’est impliquée pour le NON en 1992 lors de l’Accord de Charlottetown. En 1999, on a retravaillé notre Déclaration de principes : ce qu’on attend de l’État, solidarité sociale, partage des richesses. Pour nous, l’État doit faire de la place à la société civile. En 1998, la CSN s’est dissociée des Partenaires pour la souveraineté à cause des politiques du gouvernement Bouchard. Aujourd’hui, cela pourrait être différent car il y a plusieurs partis politiques souverainistes.

Ce n’est pas une question préalable d’avoir un projet de société avant un référendum. On est pour la souveraineté. Mais pour mobiliser nos membres, le fait qu’il y ait un projet de société, ça aide. Il faut reconstruire le pourquoi d’un Québec indépendant. La société civile de 2015 est plus diversifiée que celle de 1995. Pour plusieurs groupes, la question nationale est moins importante qu’avant. Exemple : certains groupes écologistes. A mon avis, ils ont tort de sous-estimer la question nationale. Un projet de société n’a pas besoin d’avoir tous ses fils attachés pour être crédible. Pour construire une maison, il est essentiel d’avoir des plans mais on n’a pas besoin de connaître d’avance la couleur des murs.

Commentaires

  • Marie-France Legault, 25 juin 2015 08h30

    Le Canada nous appartient nous l’avons fondé en 1867 avec l’Ontario, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse. J’ai un passeport canadien. C’est ça la réalité de 2015. J’ai voyagé sur la planète et le mot canadien ouvrait les portes, les sourires nous étions accueillis dans la confiance...
    Québec, connaît pas ? Dans quelles partie de la planète se situe-t-il ?
    Je suis canadienne Et québécoise. Je vis très bien avec ¸a...

  • Fernand Lachaine, 16 juin 2015 18h20

    C’est drôle de voir venir encore une fois les listes d’épicerie à la QS.

    Prochain rendez-vous : les élections de 2018.

    Entre-temps les ipsos et les pqspécial devront convaincre de voter pour le Parti Québécois pour gagner les élections autrement si nous perdons ces élections de 2018 ça sera fait de l’indépendance du Québec.

    À vous d’y penser très sérieusement, les deux pieds sur le sol.

  • Ouhgo, 16 juin 2015 15h41

    Pour prendre le Pouvoir, il faut donner confiance qu’on a l’argent.
    C’est comme ça que PKP est devenu chef du PQ. Mais il n’a qu’effleuré la question de l’argent. Maintenant qu’il doit recruter plus large, il doit préciser comment le peuple québécois, et non les élites, deviendra plus riche. C’est pour élaborer cet argumentaire qu’il est probablement en train de construire l’Institut de l’Indépendance du Québec. Et c’est peut-être ce qui semble nous ramener JMA, économiste décomplexé et plus charismatique aux yeux des Québécois depuis qu’il se fait voir de par le monde, incluant l’Écosse et la Catalogne.

    Les "faiseux de vraies affaires en paradis fiscaux" commencent à trembler devant la confiance qui renaît : on n’a plus peur du mot Indépendance, on ne parle plus de la Belle Province, on affirme maintenant sans crainte qu’on ne se fera plus voler, on sait maintenant que nos richesses naturelles ne sont pas seulement Ti-Guy Casino ou Céline Dion... et on commence à comprendre que les docteurs, ça doit soigner les malades et l’administration publique ça s’apprend dans les Hautes Écoles.

  • François Chartier, 15 juin 2015 00h06

    Engager la société civile après presque 55 ans d’existence du mouvement indépendantiste constitue aujourd’hui une tâche gigantesque. Mais quel que soit le projet de société porté par les partis politiques du Québec, il sera toujours impossible d’en réaliser plus de la moitié sans l’indépendance. D’où la nécessité de faire du Québec un pays si nous voulons pleinement réaliser un quelconque projet de société.

  • Marcel Haché, 14 juin 2015 19h29

    "Pour construire une maison, il est essentiel d’avoir des plans mais on n’a pas besoin de connaître d’avance la couleur des murs"

    Pour construire notre Maison, nous devrons être en possession du terrain, ce qui est le Pouvoir.
    Le Pouvoir est un préalable.Et c’est un parti politique qui est seul mandaté pour exercer le Pouvoir.

    C’est seulement après avoir pris possession du terrain qu’on peut sérieusement entreprendre de construire la Maison Québec.

    La vraie game consiste essentiellement à reprendre le Pouvoir. Grosse job ? Oui, mais ceux qui détiennent actuellement le Pouvoir n’ont pas une si grande marge de légitimité. Seuls les indépendantistes sont légitimes, précisément pour cette raison fondamentale qu’ils espèrent avoir une Maison qui soit enfin à Nous... personne chez les fédéralistes ne peut nous défier à cet égard.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
11 925$  20%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/07 Jean-Robert Primeau: 50$
  • 21/07 Ginette Doiron: 10$
  • 21/07 Andre Laflamme: 100$
  • 21/07 Gilbert Paquette: 10$
  • 19/07 Alain Tousignant: 5$
  • 19/07 Patrice Albert: 5$
  • 19/07 Michel Arteau: 10$
  • 16/07 Gilles Harvey: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités