«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Un accord aux dimensions historiques

Colombie : FARC et gouvernement signent un accord de cessez-le-feu définitif

jeudi 23 juin 2016

Le gouvernement colombien et la guérilla des FARC ont signé jeudi à La Havane un accord historique sur un cessez-le-feu définitif et le désarmement de la rébellion, levant le dernier obstacle à un accord de paix après un demi-siècle de conflit.

« Aujourd’hui est un jour historique pour notre pays [...] nous avons mis un point final au conflit armé avec les FARC », s’est réjoui le président colombien Juan Manuel Santos après avoir serré la main du chef suprême des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) Timoleon Jimenez, sous le regard de plusieurs chefs d’État et du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon.

« Puisse ce jour être le dernier de la guerre », a espéré de son côté le dirigeant des FARC.

A Bogota, où plusieurs centaines de personnes étaient rassemblées devant un écran géant pour suivre cette cérémonie, l’annonce a été accueillie avec émotion.

Camilo Gonzalez, retraité de la fonction publique, n’a pu contenir ses larmes. « Ça a été un chemin dramatique... des millions et des millions de victimes, de déplacés, de luttes, de rêves brisés. Mais je ne crois pas que nous soyons encore parvenus au moment de l’espérance. »

L’accord entrera en vigueur à partir de la signature prochaine d’un accord de paix, dont la date n’a pas été précisée, mais qui aura lieu en Colombie.

Le texte établit les modalités de « l’abandon des armes, des garanties de sécurité [pour la rébellion] et de la lutte contre les organisations criminelles » au terme de pourparlers menés depuis trois ans et demi à Cuba.

Les quelque 7000 combattants de cette guérilla issue en 1964 d’une insurrection paysanne seront placés dans 23 zones où leur sécurité sera garantie, et devront remettre leurs armes aux membres d’une mission des Nations unies qui sera dépêchée en Colombie une fois la paix signée.

Le désarmement devra être mené à bien dans les 180 jours suivant la signature d’un accord de paix final.

Cette étape décisive permet enfin d’envisager pour bientôt la fin du plus vieux conflit d’Amérique latine, qui a fait depuis 52 ans au moins 260 000 morts, 45 000 disparus et 6,9 millions de déplacés.

En outre, l’autre point à résoudre avant la signature d’une paix définitive a enregistré une avancée décisive jeudi, avec l’annonce surprise d’un consensus sur la question de la ratification du futur accord de paix.

Les parties se sont accordées pour respecter la décision de la Cour constitutionnelle, saisie fin mai d’une proposition de référendum par le gouvernement, et qui doit se prononcer dans les prochains jours.

> Lire la suite de l’article sur Le Devoir


Suggérer cet article par courriel
Géopolitique - Amérique latine
Dans les pas de Bolivar

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 860$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$
  • 17/08 Henri-Paul Simard: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités