«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Le cas pathétique de l’Hôtel-Dieu :

Certains veulent couper Montréal de ses racines

Pour ne pas déplaire à l’élite anglaise

Tribune libre de Vigile
dimanche 9 mars 2014
519 visites 2 messages

Selon toute vraisemblance, le gouvernement québécois changera la vocation et, peut-être, vendra l’édifice patrimonial qui abrite l’Hôtel-Dieu de Montréal depuis 1861. Il a décidé en effet de fermer cet hôpital devenu « bâtiment excédentaire » suite à la construction du nouveau CHUM rue Saint-Denis. Ainsi, Montréal perdra son institution la plus ancienne puisqu’elle a été fondée en 1642 par Jeanne-Mance la même année que Ville-Marie. Quelle bizarre façon de célébrer en 2017 le 375e anniversaire de la métropole en la coupant ainsi de ses racines !

On flotte dans une incertitude fébrile en attendant le rapport du groupe d’experts mandaté par le gouvernement pour décider de l’avenir de cette institution fondatrice. Plusieurs font pression pour que l’Hôtel-Dieu se transforme en un hôpital de proximité doté d’une urgence -réaménagée à grands frais il y a quelques années- pour répondre aux besoins de la population de ce secteur du centre-ville. Mais rien n’indique que le gouvernement va adopter cette solution, au contraire. On espère tout au moins que le nouvel usage qu’on réserve à l’édifice lui conservera sa vocation publique. Mais ce n’est pas certain non plus. Par ailleurs, si une entreprise privée acquérait l’immeuble, il y a alors de fortes chances que le nouveau propriétaire rentabilise son investissement en y aménageant des condos. Le risque que le bâtiment soit saccagé est d’autant plus grand que ni Québec ni la Ville semblent avoir pris jusqu’ici des mesures suffisantes pour le protéger.

Le sort en est jeté depuis longtemps mais, en toute logique, c’est l’Hôtel-Dieu, et non l’hôpital Saint-Luc, qui aurait du abriter le nouveau CHUM. Il y a en effet sur ce site suffisamment d’espace inutilisé pour loger tous les édifices en construction rue Saint-Denis. De plus, ces terrains de grande valeur auraient coûté beaucoup moins cher aux contribuables puisqu’ils appartiennent en grande partie déjà au gouvernement et pour le reste aux Soeurs hospitalières de Saint-Joseph qui sont dans le portrait depuis 1659. On aurait pu réaliser des économies considérables fort bienvenues dans le contexte de disette budgétaire chronique qui est le lot du gouvernement québécois.

Pour tuer dans l’œuf la possibilité d’un seul mégahôpital

Après la tentative ratée de l’ex-ministre libéral de la santé Marc-Yvan Côté de déménager l’Hôtel-Dieu à Rivière-des-Prairies, au début des années 1990, le projet du CHUM est arrivé sur le tapis. On a donc lancé le processus pour choisir le site de ce mégahôpital. Plusieurs ont été suggérés et pris en considération. Bizarrement, jamais celui de l’Hôtel-Dieu n’a été considéré sérieusement par les gouvernements successifs, péquistes comme libéraux. On rejetait cette possibilité d’un ton péremptoire en invoquant des prétextes qui ne tenaient pas compte des arguments pertinents avancés par les supporteurs de ce site.

Comment expliquer cette attitude ? Après mûre réflexion, je formule l’hypothèse suivante. On craignait de fournir des munitions à ceux qui auraient pu réclamer la construction sur le site de l’Hôtel-Dieu d’un seul mégahôpital qui aurait intégré le CHUM et le CUSUM. La proximité géographique de l’Hôtel-Dieu avec l’hôpital Royal Victoria et l’Hôpital général aurait certes renforcé la position de ces derniers et, qui sait, ils auraient pu finalement remporter la mise. Ces derniers soulignaient notamment que les sommes pharamineuses consacrées à la construction, à l’équipement et au fonctionnement de deux établissements géants grugeraient considérablement un budget qui aurait du normalement être affecté aux soins de santé dans le reste du Québec.

Comme l’éventualité de l’implantation d’un seul mégahôpital était impensable aux yeux des membres d’un establishment francophone au comportement colonisé, on a donc tout fait pour ne pas mécontenter les anglophones même si on n’avait raisonnablement pas les moyens de se payer deux mégahôpitaux. « Comme des quêteux à cheval », aurait dit mon grand-père.

Commentaires

  • Francis Déry, 10 mars 2014 08h08

    Parler de mégahôpitaux anglophone et francophone respectivement est trompeur. Aucun mégahôpital ne pourra refuser de servir un malade sous prétexte de la langue.

    La coupure est institutionnelle : McGill vs U. de Montréal.

    J’imagine très bien qu’avec l’explosion des coûts, le CHUM aura vocation de servir les Québécois, tandis que le CSUM prendra une vocation d’Hôpital International pour une médecine plus privée que sociale.

  • Jean, 9 mars 2014 18h13

    L’Hôtel de Dieu, comme les canadiens français visiblement.

    Serge Jean

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
10 905$  18%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 16/06 Richard Carrier: 50$
  • 16/06 Marc Labelle: 50 $
  • 16/06 Les Amis de Vigile : 350$
  • 16/06 Jacques Bergeron: 100$
  • 16/06 PeeWee Troodeau: 100$
  • 15/06 Réal Coutu : 50$
  • 15/06 Serge Labossiere: 100$
  • 12/06 Michel Pauzé: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités