«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Castro était un dictateur

Tribune libre de Vigile
mercredi 30 novembre 2016
774 visites 35 messages

Dans les journaux du jour et les chaînes de télévision on nous fait part des regrets
de Justin Trudeau qui s’est excusé d’avoir oublié de dire que Castro était un dictateur ; et si c’était lui qui avait raison en ayant oublié ,probablement volontairement, de ne pas avoir souligné ce fait.

Pourquoi aurait-il du dire ce que tout le monde sait ?

N’oublions pas que si Castro est né c’est que Batista qu’il a détrôné était un dictateur à la solde de la « mafia des USA avec la complicité de ce pays d’à côté
depuis au moins les années 30 alors que Batista et ses mafieux aidaient Roosevelt
à se faire élire, ces mêmes mafieux qui avaient fait de Cuba leur terrain (Bordel) de jeux et de corruption avec ,toujours, la complicité des USA et de leurs politiques.
Pourquoi, croyez-vous que ces gens ont tout fait pour empêcher Castro et sa bande de mettre de l’ordre dans le poulailler mafieux de Cuba, qu’ils ont essayé, toujours avec la complicité du pays qui se targue de démocratie, de tuer Castro à plusieurs
occasions dont celle de la Baie des Cochons qui a failli devenir la première guerre atomique dans le pays de l’oncle Sam.

Si Castro n’avait pas tenu tête à ces mafieux que serait-il arrivé au pays qu’il venait de libérer de l’entreprise mafieuse des USA , les mêmes qui, le lendemain coupa les vivres à Cuba depuis plus de 50 ans pour avoir osé leur résister.
Justin a eu tort d’avoir raison.

Et oui, Fidel a défendu son peuple contre la mafia étatsunien, la même qui applaudit à Miami, l’homme qui a libéré son peuple de la mafia Étatsunienne, qui l’a libéré de son état de serviteur de la mafia à Batista et ses complices et débarrassé Cuba de son titre de terrain de jeux mafieux, qui a instruit son peuple et lui a donné le goût de vivre malgré les difficultés causés par les divers gouvernements USA qui n’en finissent plus ( Voir les Républicains surtout et leur nouveau maître es-homme d’affaire et président Trump ) de vouloir réoccuper Cuba avec leurs troupes mafieuses et politiques surtout républicaines pour le plaisir de la bande de Miami qui na pas encore appris le savoir-vivre ,même envers un homme qui a plus fait pour la libération de son peuple et d’autres peuples d’Amérique du sud et d’Afrique que la plupart des pays du monde malgré leur pauvreté. Que serait devenu « Haïti , lors du tremblement de terre d’ il y a quelques années sans l’aide de Cuba qui avec sa pauvreté a fait plus que le Canada et les USA à cette occasion ?

Oui ! Fidel était un dictateur , parfois avec un gant de fer, mais, contrairement au dictateur Batista , un dictateur à la solde de la mafia et des USA, Castro a œuvré pour le bien de son peuple , pour sa libération intellectuelle et sociale et pour le bien des peuples.

Et malgré tout ça, il a trouvé le moyen d’aider d’autres peuples à se libérer quelque peu de l’emprise étatsunienne, et le Premier ministre du Canada avait raison de le glorifier et a eu tort de s’excuser pour faire plaisir à des politiques canadiens prêts à se mettre à genoux devant les USA même lorsqu’ on ne le leur demande pas. Rien ne peut surprendre un citoyen qui suit les activités politiques canadiennes et québécoises, issus d’individus à la solde de la finance.
Pauvre Canada

On peut trouver sur le WEB ce qui est écrit ici et plus ce qui permettra à nos ami-e-s d’éviter de se suivre aveuglément les propos des ennemis des pays du monde « libre » prônant la liberté des peuples, une vraie liberté qui commence avec la santé des peuples et la formation scolaire.

Commentaires

  • Jean-Louis Pérez-Martel, 18 décembre 2016 19h24

    La mafia communiste castriste est au bout de son Pouvoir totalitaire. Cette nomenklatura antihumaniste et despotique met en prison n’importe qui. Voici autre exemple de ce régime tyranique contre la LIBERTÉ :

    L’avocate américaine Kimberley Motley avait été interpellée vendredi avec des militants, Gorki Ávila et Luis Alberto Mariño, alors qu’ils préparaient une visite en prison du graffiteur Danilo Maldonado, connu sous le nom de « El Sexto » (Le Sixième).

    Maldonado avait été arrêté le 26 novembre, un jour après la mort du chef historique de la révolution cubaine Fidel Castro, après, selon ses proches, avoir peint sur un mur de la Havane la phrase « Se fue » (« Il est parti »).

    Pour en savoir davantage sur ladite mafia communiste agissant contre la liberté du peuple cubain, consulter Cuba : premières manifestations d’opposants bloquées depuis la mort de Castro
    http://www.lapresse.ca/international/amerique-latine/201612/18/01-5052540-cuba-premieres-manifestations-dopposants-bloquees-depuis-la-mort-de-castro.php

    ***

    JLPM

  • pierre-yves dubreuil, 7 décembre 2016 19h37

    @Pierre Grandchamp

    1- J’ai déjà spécifié que je ne désirais pas de dictature dans mon pays, si possible.

    2- On ne peut échapper à une forme o uà une autre de dictature, sinon, c’est la guerre perpétuelle.

    On serait tenté de dire que la démocratie n’est pas une dictature, mais la démocratie au sens que j’ai énuméré plus bas, est une forme de dictature : une dictature collective qui impose à la minorité.

    Étant donné que nos démocraties ne remplissent mais absolument aucun des 3 critères (unité,éducation/connaissance,obéissance), elles ne sont que des ébauches et nécessairement, les partis politiques sont concurrents et non complémentaires.

  • Pierre Grandchamp, 7 décembre 2016 07h30

    @ M. M. Proulx et Dubreuil

    Cette fois-ci, ce sera ma dernière intervention, promis ! S’il faut rendre crédit à Castro d’avoir libéré son peuple de la dictature Batista-USA, il faut lui reprocher d’avoir instauré une nouvelle dictature, soit le communisme qui est tombé avec la chute de l’ex-URSS.

    Les Castro se sont accrochés à un système moribond:COMMUNISME. Allez demander aux Tchèques, aux Slovaques, aux Polonais, aux Allemands de l’Est de revenir au COMMUNISME. Quand vous comptez, parmi vos bons amis, les leaders de la Corée du Nord.....pas fort, fort en 2016 ! Le communisme est mort, ça fait une génération....

    Quelque 90 000 Cubains ont été tués "pour le bien du peuple" ! Ce qu’il faut souhaiter : un cheminement vers une socio démocratie. On est rendus en 2017 ! Fini le triste communisme !

    En tout respect !

    P.S.Quelqu’un a écrit : “Et oui Castro ÉTAIT un dictateur, qui ne se spécialisait pas dans le domaine des droits de l’homme dans l’immédiat, mais il y a des raisons de croire qu’il le faisait quand même pour des rasions humanitaires”.

    Doit-on accepter une dictature pour des raisons humanitaires ? Quant à moi, un million de fois NON !”

  • pierre-yves dubreuil, 6 décembre 2016 20h57

    @Pierre Grandchamp

    Ce que je dis, c’est que ce ne sont pas tous les dictateurs qui sont condamnables sur le même pied d’égalité, et que le Québec pourrait avoir à céder des libertés pour confronter le régime libéral et les volontés impérialistes canadiennes. Trudeau envoyant l’armée est un bel exemple de cela, comme si les institutions québécoises étaient source de volonté impériale envers les canadiens et leur libertés. Oui le Québec est corrompu, mais c’est pas à cause de sa volonté propre et unique qui émanerait du peuple...il y a d’autres forces qui agissent.

    Et oui Castro ÉTAIT un dictateur, qui ne se spécialisait pas dans le domaine des droits de l’homme dans l’immédiat, mais il y a des raisons de croire qu’il le faisait quand même pour des rasions humanitaires. Il avait besoin que les cubains travaillent ensembles, et ça a marché et si tu n’était pas content , tu pouvais t’exiler. Si vous pensez vous que vous êtes RÉELLEMENT libres dans le système libéral, détrompez-vous : vous n’êtes pas libres d’avoir une conscience nationale,avec tout ce qui vient avec, et ça vous vaut ’’une haine viscérale’’, gracieuseté du PM. sauf pour la conscience ’’canadienne’’(qui veut rien dire)...ça c’est idéal !

  • Gabriel Proulx, 6 décembre 2016 15h00

    Je reviens uniquement pour ajouter ceci :

    M. Pierre Grandchamp, qui avait dit ne plus vouloir intervenir sur le sujet, a rédigé plusieurs commentaires par la suite. Ce que j’en retiens, c’est l’arrogance de citoyens occidentaux convaincus que leur vision du monde est la meilleure et qu’en conséquence, elle s’applique de façon universelle à toute autre culture étrangère.

    Ce n’est pourtant pas compliqué : Il est impossible de comprendre la culture cubaine des 50 dernières années à travers des lunettes capitalistes. Les cubains ne deviennent pas médecins dans le but de devenir pleins aux as, comme c’est le cas en Occident. Ils deviennent médecins pour aider leur prochain et faire honneur à leur famille.

    Aux États-Unis, un médecin peut refuser de soigner une personne dans le besoin si cette dernière n’a pas les moyens de payer. Ce ne sont pas de vrais médecins. Le droit à des services de santé est un droit humain, au même titre que le droit à l’éducation, le droit à un domicile et le fameux droit à la liberté d’expression, que certains considèrent à tort comme l’unique droit humain, ou le seul valable.

    Ce n’est pas « attaquer le messager » que de souligner le fait que la chroniqueuse citée en référence par M. Grandchamp est une menteuse chronique, qui a l’habitude d’en beurrer épais pour avantager son idéologie libérale.

    La même chose s’applique à M. Pérez-Martel, qui cite La Presse, feuille de chou ennemie du peuple québécois et de la vérité, pendant qu’il rêve en couleurs avec sa théorie complètement farfelue selon laquelle, le gouvernement cubain aurait respecté les dernières volontés de Fidel parce qu’il se préparerait à la victoire de l’impérialisme sur son sol. Donc, toutes ces années, depuis des décennies, que Fidel interdisait le culte de sa personnalité, c’était parce qu’il savait, depuis les années 60, que l’impérialisme allait bientôt reprendre le contrôle de Cuba et réduire son peuple en esclavage une fois de plus, comme avant 1959 ? Fidel Castro n’était pas stalinien, ce n’est pourtant pas compliqué à comprendre...

    Enfin, M. Cloutier fait comme d’habitude quand un débat sur la politique étrangère se présente à lui : il manque de respect envers Gilles Verrier, sans fournir l’effort de présenter un argumentaire de base pour lui répondre de façon intelligente.

    Pierre Cloutier à toute une panoplie d’étiquettes préparées d’avance qu’il lance pour éviter le débat, mais ce sont les autres qui feraient dans l’idéologie. Tellement crédible...

    J’attends toujours les condamnations des hommages internationaux rendus au boucher Ariel Sharon ou au précédent roi d’Arabie saoudite...

    Le peuple cubain est souverain et fier de ses avancées, pendant qu’au Québec, on critique, on fait la morale aux autres, sous la jupe de notre régime libérale corrompu jusqu’à l’os.

    Gabriel Proulx, Saint-Eustache

  • Pierre Grandchamp, 6 décembre 2016 14h27

    @ M. Dubreuil

    Scandale des commandites. Vous pensez que, au Canada anglais, personne n’était au courant ?

    Vous pensez que les compagnies reliées au pétrole sont blanches comme neige dans leurs lobbys ? Vous pensez que les firmes d’ingénieurs fonctionnent différemment d’ici ?

    Vous pensez que les Côté, Bibeau et cie, c’est limité au Québec ?

  • Pierre Cloutier, 6 décembre 2016 10h50

    Message à Gilles Verrier,

    Votre obsession me concernant brouille votre vue et vous fait dire n’importe quoi. Je parle de la dictature cubaine et vous parlez de la démocratie canadienne, dont je serais un adepte, après 50 ans de combat pour l’indépendance du Québec ! J’avoue qu’avec celle-là, j’ai failli avaler ma tasse de thé ce matin.

    Quand je parle des excès du Coran, que vous n’avez sans doute pas lu, vous me sortez alors votre vieux fond antisémite contre les juifs et l’impérialisme américain. Le bon vieux logiciel marxiste doublé d’un faux patriotisme catholico-canadien-français des années 50. Fait dur. Le réel n’a pas lieu. Que de l’idéologie.

  • Pierre Grandchamp, 6 décembre 2016 08h42

    @ M. Dubreuil qui écrit :

    “Le régime Castro a existé JUSTEMENT à cause du genre de régime libéral qui nous ronge en ce moment.”.

    Il y a un monde entre le Québec 2017 et Cuba sous Batista, naguère.

    “On ne pourrait qualifier cette action de ’’castro-iste’’, car le Canada est mais absolument aucunement menacé par la corruption québécois”.

    Désaccord absolu ! Vous pensez, vous, que les firmes d’ingénieurs fonctionnent différemment en Ontario ou au Manitoba ? Que les élections municipales clefs en mains, c’est limité au Québec ? Quand des milliardaires chinois peuvent se payer, à grosses contributions pour le PLC, une rencontre avec le premier ministre ? Ici, nous sommes des latins ; hors Québec, c’est plus caché.....c’est plus puritain.

  • pierre-yves dubreuil, 5 décembre 2016 19h14

    @pierre granchamp

    ’’Une dictature de droite ou une dictature de gauche :......!!!!!Laquelle est la meilleure ?’’

    Aucune ! (un peu facile, je sais....)

    ’’On m’excusera de répondre à Mme Reid : je préfère, de beaucoup, notre système politique, si imparfait qu’il soit !’’

    Peut-être c’est parce qu’on a pas encore été en mesure de constater tous les dommages et les moyens pour y parvenir ( au mondialisme total, via notre ’’système politique’’) ?

    Le régime Castro a existé JUSTEMENT à cause du genre de régime libéral qui nous ronge en ce moment.

    Normalement, le Québec serait un candidat potentiel à une ’’cubainisation’’. Ça serait en quelque sorte un ’’rêve mouillé d’indépendantiste en situation d’urgence’’. Par contre C’est techniquement impossible du fait qu’on ne soit pas une île et qu’on soit assez peu peuplés. De plus, ça pourrait mener à de violentes violations du droit de l’homme. Donc.... pas vraiment un scénario souhaité !

    ’’Trudeau père a fait emprisonner quelque 400 innocents en 1970.....pour le bien du peuple québécois ?’’

    On ne pourrait qualifier cette action de ’’castro-iste’’, car le Canada est mais absolument aucunement menacé par la corruption québécoise, selon moi. Le Québec ne ’’ronge ’’ pas vraiment les institutions canadiennes et son indépendance...en tout cas il me semble selon les informations que j’ai (je peux avoir tort). En tout cas, pas d’une façon qui pourrait porter préjudice aux droits de l’homme, il me semble.

  • Pierre Grandchamp, 5 décembre 2016 17h15

    On a écrit :"Castro a œuvré pour le bien de son peuple , pour sa libération intellectuelle et sociale et pour le bien des peuples.".

    Trudeau père a fait emprisonner quelque 400 innocents en 1970.....pour le bien du peuple québécois ?

    "Le bien des peuples" ? Le Vénézuéla est poigné dans la tourmente, la criminalité n’ a jamais été aussi élevée. La population manque de tout.....mais Maduro s’accroche dans une société imprégnée d’un taux de corruption sans égal...."pour le bien du peuple ?".

    Quelque 90 000 personnes ont été éliminées, sous Fidel, "pour le bien du peuple".
    Castro no 1 se fait remplacer par Castro no 2 "pour le bien du peuple". A La Habana, tout le monde se méfie de tout le monde ; chacun craint qu’un esclave du régime ne le rapporte aux apparatchiks...."pour le bien du peuple", pour avoir oser exprimer une opinion différente de celle de ces apparatchiks....!!

    Une dictature de droite ou une dictature de gauche :......!!!!!Laquelle est la meilleure ?

  • Pierre Grandchamp, 5 décembre 2016 14h39

    On m’excusera de répondre à Mme Reid : je préfère, de beaucoup, notre système politique, si imparfait qu’il soit !

    En France, la no 3 du gouvernement, la ministre Ségolène Royal, s’est mis les pieds dans les plats à La Habana. Elle était la seule personnalité politique européenne, autre que le p.m. de la Grèce, présente à La Habana. Elle a répété la gaffe de selfie Trudeau en amplifiant dans complaisance.

    Voici un extrait du journal LE FIGARO :

    "Lang : « Avait-elle bu un peu trop de rhum ? »
    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2016/12/05/25002-20161205ARTFIG00047-cuba-raffarin-veut-que-royal-soit-sanctionnee-lors-du-remaniement.php?pagination=2

    Même l’ancien ministre socialiste Jack Lang n’a pas volé au secours de la ministre. « Attristé » par les propos de Ségolène Royal, il a ironisé sur France inter : « Avait-elle bu un peu trop de rhum en arrivant à la Havane ? Comment peut-on à ce point nier la réalité ? » « Moi même qui suis un ami de Cuba, qui ait soutenu Cuba contre l’impérialisme et l’embargo américain, j’ai dit que ce régime était un régime d’oppression et de répression », a noté Jack Lang. « J’ai été appelé en tant que ministre à intervenir auprès d’eux pour libérer des prisonniers politiques, des artistes, des poètes », s’est rappelé le socialiste.-

  • Lise Reid, 5 décembre 2016 11h14

    Nous sommes dans une dictature économique dirigée par des corrompus et des menteurs, avant de juger Castro regardons dans notre carré de pays. Pas certain que la comparaison et l’évaluation soient en notre faveur.

  • pierre-yves dubreuil, 4 décembre 2016 19h04

    @jean Brillant

    ’’Si nous avions des Cubas à l’échelle de la planète, je vous assure que le monde s’en porterait beaucoup mieux. Faites vos recherches...et, je vous prie, à l’extérieur de votre tête figée de conviction...’’

    je suis d’accord dans la mesure ou on est capable de bien distinguer les moyens de la finalité.

    parfois, pour ’’redonner vie et indépendance’’ à des États, il faut plus de concentration, et parfois il faut moins de concentration des pouvoirs.

    Dans cette optique, mais pour changer un peu de sujet, est-ce que ça se pourrait que cuba ait besoin d’un peu plus de ’’droite économique et nationaliste’’, pour faire fleurir le talent, si on veut faire progresser le niveau de vie vers ceux des occidentaux ?

  • pierre-yves dubreuil, 4 décembre 2016 18h38

    @jean brillant

    Ce que je veux dire, c’est que ’’le nouvel ordre’’ tend à ne pas s’incarner dans la nation, contrairement à auparavant. Il a justement pour but immédiat et urgent de défaire les source des nations.

    quoique le nouvel ordre comprend un ’’ancien’’empire entier (américain) en son sein et agit sur tous les individus en même temps (si ces individus ne sont pas protégés par des mécanismes de défense nationaux) pour leur faire perdre leurs repères.

    Si on prend par exemple le nazisme, il s’incarnait par des ’’leaders’’. Rome avait son César. Il y avait une certaine dimension territoriale, nationale..... chose qu’on ne voit pas actuellement !

    Je ne sais pas si c’est clair, si ça vient appuyer ou non votre théorie...parfois je m’y perd, je dois avouer.

  • Pierre Grandchamp, 4 décembre 2016 12h46

    @ M. Proulx qui écrit :"Lise Ravary est une propagandiste libérale et impérialiste canadienne qui doit être traitée comme telle. La citer comme une référence sur une tribune indépendantiste est contre-productif."

    On tire sur le messager quand le message dérange.

    Oui, Cuba exporte des médecins. Mais ses médecins, à Cuba, gagnent des salaires de famine. Les pharmacies sont vides pis les urgences sont celles du tiers monde.

    J’ai des amis qui passent l’hiver à Cuba. Hablo el español y me intereso mucho a lo de Cuba.

    C’est mon dernier message sur ce sujet. En tout respect !

  • Jean Brilland, 4 décembre 2016 09h30

    @ Pierre Yves Dubreuil :

    Vous écrivez : "Ce qu’on appelle ’’le nouvel ordre mondial’’ est plutôt une contestation du ’’vieil ordre’’."

    Je ne comprends pas ce que vous voulez dire. Ce nouvel ordre mondial est préparé depuis plus d’un siècle par l’establishment. Ce "vieil ordre" était le fruit de leurs manigances, le "nouvel" le sera aussi.

    Je vous rappelle que le pouvoir cherche toujours à se concentrer sur lui-même. Il crée des crises pour pour mieux procéder à l’émondage, et pour en renforcer le tronc. On le voit depuis un siècle, jamais le pouvoir a t’il été plus concentré qu’actuellement.

    @ Pierre Grandchamps....vous êtes dans le champs et pas à peu près. Comme l’écrit Gabriel Proulx, ici en commentaire : "Lise Ravary est une propagandiste libérale et impérialiste canadienne qui doit être traitée comme telle. La citer comme une référence sur une tribune indépendantiste est contre-productif."

    L’indépendance, c’est un contexte que l’on créé pour se donner la liberté, Pour citer Camus, “La liberté n’est rien d’autre qu’une chance de devenir meilleur”.

    On ne deviendra pas meilleur en ayant notamment des multinationales imposant leurs lois sur les peuples pour mieux nourrir leur veau d’or, déjà bien gras !

    Castro a malheureusement eu recours à la violence pour aller chercher le pouvoir, mais son oeuvre est magistral dans le contexte d’un embargo qui a duré plus d’un demi siècle. Pour ceux qui n’ont jamais été à Cuba (autre que sur les plages), et qui se disent anti-castro, vous ne savez pas de quoi vous parlez.

    Si nous avions des Cubas à l’échelle de la planète, je vous assure que le monde s’en porterait beaucoup mieux. Faites vos recherches...et, je vous prie, à l’extérieur de votre tête figée de conviction...

    Ouff....

    PS : Verrier a tout à fait raison de déclamer nos éloges canadiennes à des bouchers comme Ariel Sharon pendant qu’on vilipande l’oeuvre de Castro. Le peuple est pris dans le rouleau compresseur de la propagande, et pas à peu près !

  • Pierre Grandchamp, 4 décembre 2016 06h51

    @ M. Jean Brilland qui cite Noam Chomsky :
    « L’éducation est un système d’ignorance imposée. Des centaines de milliards de dollars sont dépensés chaque année pour contrôler l’opinion public. » –

    Ce Chomsky était à La Habana cette semaine.

    Lise Ravary l’a aperçu dans la foule, à la Habana. Elle écrit :
    “La caméra pointe vers Noam Chomsky dans la foule, cet intellectuel américain qui a réussi à trouver des qualités à Pol Pot et à son œuvre génocidaire.

    Les intentions du pote Pot étaient bonnes, mais il fallait massacrer deux millions de Cambodgiens, soit le quart environ de son propre peuple, pour les réaliser.”

    Lise Ravary arrive de Cuba. Il faut lire ses chroniques. Notamment celle-ci :

    http://www.journaldemontreal.com/2016/12/01/panier-de-deplorables-a-cuba
    Panier de déplorables à Cuba

  • Jean-Louis Pérez-Martel, 3 décembre 2016 22h38

    La mafia communiste castriste annonce :

    Le gouvernement cubain interdira que des rues ou des monuments publics soient nommés en l’honneur de Fidel Castro afin de respecter le voeu de l’ancien dictateur de ne pas voir se développer un culte de la personnalité, a annoncé le président du pays, Raul Castro*

    La réalité est bien autre : cette mafia veut éviter qu’il ne lui arrive, comme à tant d’autres dictateurs sanguinaires, ce qu’avec le système démocratique de liberté individuelle et collective, lequel sera bientôt instauré à Cuba, le peuple lui-même démolisse la ’’ mémoire ’’ de cet autre imposteur.

    JLPM


    *. En savoir plus, consulter Aucun lieu ni monument ne sera baptisé en l’honneur de Fidel Castro
    http://www.lapresse.ca/international/amerique-latine/201612/03/01-5047812-aucun-lieu-ni-monument-ne-sera-baptise-en-lhonneur-de-fidel-castro.php

  • Gilles Verrier, 3 décembre 2016 22h05

    Pierre Cloutier :

    « Qu’il veuille le bonheur du peuple ou pas, un dictateur est un dictateur. Qu’elle soit de gauche (stalinisme, maoisme, polpotisme) ou de droite (nazisme, fascisme), une dictature est une dictature. »

    Visiblement Pierre Cloutier ne connaît rien, mais rien de l’histoire du Canada. Encore une fois, il a oublié de faire explicitement l’éloge de la démocratie canadienne, bien qu’il en fasse l’éloge par défaut. Un bon admirateur du Canada que ce Monsieur Cloutier. Ouf ! Le Canada nous a tant donné !

  • Gabriel Proulx, 3 décembre 2016 21h07

    À ceux qui seraient tentés de croire les récits de fiction de Lise Ravary plutôt que de se rendre à Cuba pour constater la situation là-bas de leurs propres yeux, sachez que je connais personnellement quelqu’un qui a déjà donné une entrevue à Lise Ravary. Cette dernière ne s’est pas gênée pour déformer une partie de ses réponses, dans le but évident d’avantager son parti pris libéral dont elle ne s’est jamais cachée.

    Lise Ravary est une propagandiste libérale et impérialiste canadienne qui doit être traitée comme telle. La citer comme une référence sur une tribune indépendantiste est contre-productif.

    Gabriel Proulx, Saint-Eustache

  • Gabriel Proulx, 3 décembre 2016 20h58

    Le plus grand crime de Fidel Castro, c’est sans aucun doute d’avoir présenté de fausses preuves aux Nations Unies pour envahir l’Irak, causant environ un million de morts. Attendez, c’était le gouvernement USA qui a fait ça...

    Le plus grand crime de Castro, c’était sans doute l’établissement d’un camp de concentration international à Guantanamo, où la torture est monnaie courante. Attendez, ce sont les États-Unis qui font ça, sur une terre volée au peuple souverain de Cuba...

    Le plus grand crime de Castro, c’était peut-être d’avoir supporté depuis des décennies la pire dictature au monde, le royaume théocratique d’Arabie Saoudite ? Oups, encore les États-Unis...

    Fidel Castro était un héros. Ceux qui pensent le contraire ont eu un lavage de cerveau de trop, ou bien ils profitent du système en place, celui de la dictature du 1% que l’on appelle « oligarchie ».

    Ceux qui n’ont pas d’arguments, ou qui ne savent pas débattre de façon adulte, vont parler d’atrocités sans être capables de nommer des exemples concrets. Remarquez comme ces anticastristes se sacrent bien du peuple cubain et sont habituellement des grands fans des États-Unis et de tout ce que cet empire anglo-saxon prétend apporter au monde. Regardez la Libye et osez me dire que la liberté que nous avons apporté là-bas en 2011 à coups de bombes a été bénéfique pour le peuple de ce pays autrefois souverain...

    Cuba exporte des médecins depuis des décennies. Les gros méchants...

    Quand quelqu’un veut seulement pointer du doigt les contradictions évidentes dans notre système autoproclamé « démocratique » et que tout ce qu’un interlocuteur adverse trouve à répondre, c’est « ben si t’es pas content, va-t-en en Arabie Saoudite » un pays qui n’a aucun rapport dans la conversation, mais qui est supporté par toutes les supposées « démocraties » de ce monde, alors on sait que le premier a raison de pointer du doigt notre système malade.

    Cuba contrôle son information, d’accord. Ici aussi, l’information est contrôlée. Regardez ces reportages de pure propagande sans queue ni tête que notre bonne « presse libre » autoproclamée cherche à nous enfoncer dans la gorge pour protéger les terroristes liés à Al-Qaïda qui occupent la partie est de la ville d’Alep, dans le nord de la Syrie.

    Les exemples sont légion, mais je n’écrirai pas un livre dans les commentaires de cette tribune. Aux lecteurs de faire leurs propres recherches plus approfondies. Je ne fais que pointer les contradictions évidentes dans la propagande impérialiste occidentale.

    En passant, ceux qui ragent aujourd’hui parce que Trudeau a rendu hommage à un défunt ex-chef d’État étranger, je ne les ai pas vu s’objecter bien fort quand le même Trudeau a rendu hommage au boucher Ariel Sharon, ex-dirigeant de l’apartheid sioniste israélien. Il y avait pourtant matière à débat, là aussi...

    Gabriel Proulx, Saint-Eustache

  • pierre-yves dubreuil, 3 décembre 2016 17h25

    @Jean Brillant

    ’’Que la démocratie fonctionne et qu’elle œuvre au bien-être de la population ?

    De la merde...et encore !’’

    Ça dépend de ce que vous entendez par ’’démocratie’’.

    Si vous parlez du système de représentation démocratique, il est clair qu’il doit toujours s’adapter à plusieurs évolutions de toutes sortes au fil du temps (technologie, démographie,éducation,etc) pour rester efficace.

    Reste que au moment ou on se parle, les tâches sont tellement divisées au sein de la société qu’il faille déléguer de la souveraineté à quelqu’un. La question : à qui ?

    La réduction des libertés individuelles n’est pas tant le signe de l’avènement d’un gouvernement mondial que d’une délégation plus forte de la souveraineté. les ’’conflits’’ peuvent faire partis de circonstances qui amenuisent les droits individuels. reste à savoir quels sont ces conflits et bien sûr comment on peut les régler. Ce qu’on appelle ’’le nouvel ordre mondial’’ est plutôt une contestation du ’’vieil ordre’’.

    Évidemment, le danger est que certains s’accommodent de ces conditions à l’échelle planétaire !

    à noter aussi :

    Il y a le fait que la démocratie représentative possède trois conditions d’opération :

    1-sentiment que chaque individu appartient au même peuple

    2-La population connait tous les enjeux et votent donc avec conscience

    3-les parties minoritaires obéissent au choix de la majorité et travaille dans le même sens.

    Si il vous manque une condition, les bases de votre ’’démocratie’’ ne sont pas solides.

  • Pierre Grandchamp, 3 décembre 2016 14h21

    http://www.journaldemontreal.com/2016/11/29/un-petit-tour-a-lurgence

    Une visite à l’urgence à "La Habana" !

    Des médecins à profusion mais des pharmacies vides..pis des urgences ?????

  • Jean Brilland, 3 décembre 2016 11h47

    « La première victime de la guerre est la vérité. On ne paie jamais trop cher le privilège d’être son propre maître. »

    Rudyard Kipling (1865-1936), écrivain et poète anglais

    « Il y une chose pire encore que l’infâmie des chaînes, c’est de ne plus en sentir le poids. »

    Gérard Bauër (1888-1967), écrivain Français

    « L’individu est handicapé en se retrouvant face à face avec une conspiration si monstrueuse, qu’il ne peut croire qu’elle existe. »


    – J. Edgar Hoover (1895-1972), Directeur du FBI de 1924 jusqu’à sa mort

    Môsieur Cloutier,

    Nous avons eu un Johnson, Bouchard, Boisclerc, Marois...et là, un Lisée...puis, un Charest, Couillard...ça vous prend quoi pour comprendre que le PLQ et le PQ sont à la solde de l’establishment ??

    Lisée était conseiller de Bouchard, right ?

    Lisée est un stratégiste hors pair, right ?

    Lisée était pour Clinton, contre Marine Le pen, pour l’establishment, right ?

    Alors, je vais vous mettre les points sur les "I" et les barres sur les "T".

    Cette démocratie, c’est des maux et de la crasse.

    Plus de deux tiers de la population ne se nourrit pas à sa faim, nos océans sont en train de mourir, nos forêts sont décimées à vitesse grand "V", nos sociétés occidentales sont endormies à forte dose de distraction, consommation et psychotropes.

    Vous voulez que je vous dise quoi ?

    Que la démocratie fonctionne et qu’elle oeuvre au bien-être de la population ?

    De la merde...et encore ! On peut toujours faire du compost avec de la merde, mais là, on parle de la fin d’un monde. Un monde occidental qui s’accroche à des rêves édulcorés, et je me retiens ici !

    Vous savez quoi, votre indépendance n’est rien de moins qu’une vision chétive d’ "un char avec un flag sur le hood"…mais toujours avec des citoyens qui peinent à payer leurs cartes de crédit, à vivre en santé et en paix avec eux-mêmes, à respecter leurs proches...

    L’establishment a le haut du pavé, que ce soit à travers "leurs" dictatures ou à travers "leurs" démocraties.

    Vous vivez sur un nuage, monsieur Cloutier. Il est grand temps que vous preniez une "sniff’ de café et que vous vous réveilliez !

    Votre discours revient à nous demander de choisir entre une mort lente ou une mort rapide, une p’tite gorgée de cyanure versus la torture à la goutte d’eau.

    La forte majorité des dictatures du dernier siècle a été mise en place par les amer ricains et leurs alliés. Ça vous prend quoi pour voir clair ?

    Par exemple, ne voyez-vous pas que les dictatures libyennes, irakiennes (mises en place par les ricains) etc. ont été remplacées par des régimes fantoches qui maintiennent le chaos dans leur pays pour mieux écraser leur peuple ??!!!

    Si ça vous rend heureux de vivre dans vos illusions, tant mieux pour vous. Dans mon cas, j’ai décidé d’appeler un chat, "un chat". Ca fait mal, mais ça le mérite de mettre mes priorités à la bonne place.

    Voici ce qui va se passer mon cher monsieur Cloutier, et plus vite qu’on pense :

    Le dollar US vas plonger du nez, l’hyperinflation va nous ramasser, les citoyens dans la misère, prêts à n’importe quelles mesures pour les sortir de là, imploreront "leur" gouvernement de les aider.

    Votre démocratie (corrompue, je vous rappelle) arrivera avec une solution, et dira aux citoyens ceci :

    "Chers citoyens, un nouvel ordre mondial est arrivé pour le bien-être de l’humanité, et comme nous l’avons vu dans les 50 dernières années, la corruption a gangréné nos sociétés au point où nous ne pouvons plus fonctionner avec une devise papier non retraçable.

    Dans le contexte, tous ceux qui voudront gagner de l’argent et acheter des biens devront s’inscrire au registre financier biométrique. Bla, bla, bla..."

    Les gens applaudiront la mesure. Ce que la populace refusait pendant plus d’un siècle, il accueillera cette mesure les bras ouverts.

    Le FLQ que vous avez bien connu, comprenait cette corruption. Il connaissait cependant très mal le système pour avoir choisi la voie violente. La GRC n’en demandait pas plus pour faire leur razzia à travers le Québec.


    Vous vous rappelez du 11 septembre ? Vous croyez à la version officielle ? Si vous dites oui, vous êtes encore plus naïf que je croyais.

    Si vous avez répondu par l’affirmatif, je vous invite à cesser vos recherches sur le Coran, les islamistes, l’indépendance, etc., et vous taper ces quelques citations...


    Quelques citations qui pourront peut-être vous faire sortir de votre apparent syndrome de Stockholm :

    « Il est aussi dans l’intérêt d’un tyran de garder son peuple pauvre, pour qu’il ne puisse pas se protéger par les armes, et qu’il soit si occupé à ses tâches quotidiennes qu’il n’ait pas le temps pour la rébellion. » – Aristote (384-322 A. J.-C.) , extrait de Aristote sur la Politique – traduction de J. Sinclair, publié en 1962

    « Je vais vous dire quelque chose de très clair ; ne vous inquiétez pas de la pression américaine sur Israël, nous, le peuple Juif, contrôllons l’Amérique, et les américains le savent. » – Ariel Sharon, premier ministre Israélien, dans un entretien avec Shimon Peres, le 3 octobre 2001.

    « La véritable menace pour notre république est le gouvernement invisible, qui comme une pieuvre géante, étend ses tentacules gluants autour de nos villes, états et nations. » – John F. Hylan (1868-1936), maire de New York de 1918 à 1925

    « La démocratie, c’est la dictature de la loi. Il faut frapper le premier, et frapper si fort que votre adversaire ne se relèvera pas. » – Vladimir Poutine, président de la Russie

    « Au prochain siècle, les nations comme nous les connaissons seront désuètes. Tous les états reconnaîtront une seule autorité centrale. La souveraineté nationale n’était pas une si bonne idée après tout. » – Strobe Talbot, Secrétaire d’État député pour l’administration Clinton, 20 juillet 1992.

    « L’ALÉNA est une pierre angulaire majeure du Nouvel Ordre Mondial. » – Henry Kissinger

    « Nous travaillons présentement discrètement de toutes nos forces, pour retirer du fonctionnement des états nations du monde cette mystérieuse force appelée souveraineté. » – Arnold Toynbee (1889-1975), historien et philosophe anglais, lors d’un discours à Copenhague, en 1931

    « Il est une chance que les gens de la nation ne comprennent pas notre système bancaire et monétaire, parce que si tel était le cas, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin. » – Henry Ford (1863-1947)

    « Pour mettre en place un gouvernement mondial, il est nécessaire de retirer des esprits leur individualisme, leur loyalité aux traditions familiales, leur patriotisme national, et leurs dogmes religieux. » – George Brock Chisholm (1896-1971), ex-directeur de l’Organisation Mondiale de la Santé

    « La direction du Bureau du Président a été utilisée pour fomenter un complot pour anéantir la liberté des Américains, et avant que je ne quitte le Bureau, je dois informer les citoyens de ces conditions. » – Président John Fitzgerald Kennedy (1917-1963), dans un discours fait à l’Université Columbia le 12 novembre 1963, dix jours avant son assassinat

    « Tout est privilège concédé par l’état : votre voiture, votre maison, votre profession, bref votre vie ; et ce que l’état donne, il peut le reprendre si vous n’êtes pas un contribuable docile. » – Pierre-André Paré, ex-sous-ministre au Ministère du Revenu du Québec, devant une commission de l’assemblée Nationale du Québec, rapporté par Le Devoir, le 6 avril 1996

    « Le but des Rockefeller et de leurs alliés est de créer un gouvernement mondial unique combinant le Supercapitalisme et le Communisme sous la même bannière, et sous leur contrôle. […] Est-ce que j’entends par là une conspiration ? Oui, en effet. Je suis convaincu qu’il y a un tel complot, d’envergure internationale, en planification depuis plusieurs générations, et de nature incroyablement maléfique. » Lawrence Patton McDonald (1935-1983), congressiste américain tué dans l’attaque d’un vol de la Korean Airlines, dans un message public diffusé en 1976

    « Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au-dessus de la main qui reçoit. […] L’argent n’a pas de patrie ; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain. » – Napoléon Bonaparte (1769-1821), Empereur Français

    « L’éducation est un système d’ignorance imposée. Des centaines de milliards de dollars sont dépensés chaque année pour contrôler l’opinion public. » – Noam Chomsky, professeur et auteur américain

    Si vous désirez être les esclaves des banques, et payer pour financer votre propre esclavage, alors laissez les banques créer l’argent.” – Josiah Stamp (1880-1941), Gouverneur de la Banque d’Angleterre, 1920

    « La police avait la réputation d’appliquer ses propres méthodes de justice sans attendre les conclusions d’un procès. Cela semble être devenu un trait endémique dans toutes les forces de police. » Ex-Ministre Québécois des Affaires Autochtones John Ciaccia, extrait de son livre « La crise d’Oka – miroir de notre âme », publié en 2000-

    « Le monde se divise en trois catégories de gens : un très petit nombre qui fait se produire les évènements, un groupe un peu plus important qui veille à leur exécution et les regarde s’accomplir, et enfin une vaste majorité qui ne sait jamais ce qui s’est produit en réalité. » – Nicholas Murray Butler (1862-1947), Président de la Pilgrim Society, membre de la Carnegie et du Council on Foreign Relations

    « La politique est un mécanisme qui sert à empêcher les gens de prendre part à ce qui les concerne directement. » – Paul Valéry (1871-1945), poète et auteur français

    « Nous sommes convaincus que nous créons la base d’un Nouvel Ordre Mondial, qui émerge de l’effondrement des antagonismes Américains-Soviétiques. » – Brent Scowcroft, Conseiller à la Sécurité Nationale Américaine sous Gerald Ford et Georges H W Bush, et membre du CFR, cité dans le Washington Post en mai 1991

    « Répétez un mensonge assez fort et assez longtemps et les gens le croieront. Le terrorisme est la meilleure arme politique, puisque rien ne fait réagir davantage les gens que la peur d’une mort soudaine. » – Adolf Hitler (1889-1945)

    Source : http://stopmensonges.com/les-citations-qui-font-reflechir-sur-le-nouvel-ordre-mondial/

  • Pierre Grandchamp, 2 décembre 2016 18h18

    Une connaissance à moi, qui passe l’hiver à "La Habana", me raconte qu’un jeune Cubain débutant dans l’enseignement gagne environ 11 canadian dollars par mois.

    Lise Ravary arrive de Cuba. Il faut lire ses chroniques. Notamment celle-ci :

    http://www.journaldemontreal.com/2016/12/01/panier-de-deplorables-a-cuba
    Panier de déplorables à Cuba

  • pierre-yves dubreuil, 2 décembre 2016 16h03

    je ne connais pas l’histoire de Cuba en entier, mais je crois qu’une mise en contexte est de mise. Oui il y a eu des morts en masse, des prisonniers, des vies détruites et des moyens beaucoup plus que douteux de la part de Castro et sa bande.

    mais :

    On parle ici d’un groupe de gens ayant résisté à l’ouverture des normalisation diplomatiques par la force, en temps de guerre froide, et avec des moyens et dans des conditions moins élevées que l’on retrouve dans les pays ’’ocidentaux’’. On parle d’un dictateur qui a osé parlé publiquement contre les loups de Wall Street et les néo-faucons, qui eux se dissimulaient sous la couverture des droits de l’homme, dans un pays dans lequel souvent la force à été employée pour obtenir la paix ainsi que les moyens de se procurer une politique de droits de l’homme libertaire. Quoiqu’on en dise, et ce malgré le système parlementaire soit-disant avancé, les USA ne sont pas blancs comme neige en ce qui a trait à la politique intérieure et extérieure, souvent inégalitaire. On a d’ailleurs, selon moi tendance à un peu exagérer quand aux bienfaits de celui-ci (droits de l’homme), car le droit de l’homme ne stipule pas le cadre général dans lequel il doit s’opérer et on à tendance à croire que tout ce qui émane de l’individu est bien en soi, ce qui est loin d’avoir été prouvé.

    en tout cas, la stricte analyse du point de vu du droit individuel est loin de satisfaire aux exigences beaucoup plus large de la situation.

  • Pierre Cloutier, 2 décembre 2016 10h29

    Message à Jean Brilland

    Si vous êtes si malheureux que cela dans une démocratie - certes imparfaite - que vous comparez à une dictature pourquoi ne pas choisir d’aller vivre carrément dans une vraie dictature ?. Pourtant, ce n’est pas les choix qui manquent, n’est-ce pas ? Tiens, la Barbarie Saoudite, cela ne vous tente-t-il pas ? Comme homme vous y seriez roi et maître, à la condition, bien sûr, que vous vous convertissiez à l’islam wahhabite, que vous aimiez le confort et le luxe et que vous acceptiez de ne pas y être un citoyen avec des droits, comme la liberté de parole, d’association et de conscience. Je suis partant pour vous payer le voyage, mais aller seulement.

  • Pierre Grandchamp, 2 décembre 2016 09h12

    Robert Charlebois tripant sur Castro : « J’ai compris maintenant qu’à Cuba / J’ai un grand frère que je ne connaissais pas / Mon ami, mon ami Fidel / Des frères comme toi, ça nous en prendrait mille / Si nous voulons danser sur l’an 2000... »

    90 000 personnes tuées sous Fidel.

    Un dictateur, c’est un dictateur ! Oui, il a libéré son peuple mais c’est pour remplacer une dictature par une autre. Oui, le peuple est instruit et a un bon système de santé...mais les pharmacies sont vides, les médecins gagnent un salaire de famine...Des gens emprisonnés pour leurs idées politiques, pas de liberté d’expression..

    Trudeau le selfie a gaffé solidement !

  • Jean-Louis Pérez-Martel, 2 décembre 2016 00h20

    Pourquoi Louis Laberge, l’ex-président du syndicat FTQ, fut le chef du Front National du Québec (FLQ) ? Pourquoi Pierre-Elliot Trudeau, le premier ministre du Canada, avait déjà, en connivence avec le dictateur Fidel Castro, accordé l’asile ‘’politique’’ aux responsables de l’avoir délibérément incité à décrété la Loi sur les mesures de guerre afin de consolider son Pouvoir à Ottawa ?

    JLPM

  • Jean Brilland, 1er décembre 2016 19h13

    "La révolution numérique était en train de Bâtir brique par brique le rêve millénaire de toutes les dictatures - des citoyens sans vie privée, qui renonçaient d’eux-mêmes à leur liberté. .. " Bernard Minier

    " La propagande est à la démocratie ce que la matraque est à la dictature. " Noam Chomsky

    "La dictature c’est ‘ferme ta gueule’ ; la démocratie c’est cause toujours" Jean-Louis Barrault

    Et Lisée me donne tellement l’impression du "cause toujours"...

  • Pierre Cloutier, 1er décembre 2016 11h07

    Qu’il veuille le bonheur du peuple ou pas, un dictateur est un dictateur. Qu’elle soit de gauche (stalinisme, maoisme, polpotisme) ou de droite (nazisme, fascisme), une dictature est une dictature.

    Et une dictature se caractérise par l’absence de libertés fondamentales, dont le droit d’association - absence de partis politiques - et celui à la liberté d’expression.

    J’ai beaucoup de respect pour le peuple cubain qui a tant souffert, mais beaucoup moins pour les dictateurs. Il faut appeler un chat un chat. Voir ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Dictature

    C’est seulement quand on est dans l’idéologie et non dans le réel qu’on est incapable de faire les nuances qu’il faut.

  • corbeil yves, 30 novembre 2016 19h11

    Et pour ce qui est du petit gars qui a pris le pouvoir à Ottawa. Son peuple ne doit pas se surprendre que certaines subtilités lui échappent dans son parcours, car la grandeur ne vient pas nécessairement avec le nom et il faut être indulgent y travaille fort pour se faire aimer.

    Par contre les sophismes utiliser par Stéphane Dion pour expliquer l’inexplicable eux sont d’un sont d’un mauvais goût inadmissible venant de sa part, un prof d’université crime.

  • corbeil yves, 30 novembre 2016 18h58

    Merci pour votre témoignage très juste,

    Citations de José Julián Martí Pérez (José Marti)fondateur du Parti révolutionnaire Cubain.

    « La grandeur des chefs n’est pas dans leur personne, mais dans la mesure où ils servent la grandeur de leur peuple. »

    « Celui qui ne se sent pas offensé par l’offense faite à d’autres hommes, celui qui ne ressent pas sur sa joue la brûlure du soufflet appliqué sur une autre joue, quelle qu’en soit la couleur, n’est pas digne du nom d’homme. »

    On peur dire ici que la première citation ne s’applique aucunement au premier ministre en place ici au Québec et non plus à ceux qui ’’se servent’’ avec lui.

    La deuxième s’applique à nous tous pour le silence qu’on garde face à tout ce qui se passe de malsain dans nos sociétés. Comment peut-on en être rendu aussi bas face à nos oppresseurs, j’ai honte de moi quand je lis des choses comme celle là.

    J’ai honte pour tous ceux qui critiquent et même se permettent de cracher sur un homme plus grand que nature qui a su garder la tête haute face à l’empire qui exploite la planète tout en continuant à prendre soin de son peuple du mieux qu’il pouvait malgré l’embargo de plus de cinquante ans et toutes les autres embûches rencontrer sur sa longue route quand même.

    Ce ne fut pas la perfection comme mentionner par les nombreux détracteurs mais en comparaison de la manière rampante de plusieurs autres invertébrés qui gouvernent leur peuple ça s’élève au dessus de cette masse.

    Et ces mêmes dénigreurs devrait prendre note de l’ampleur de la masse sorti dans les rues de Cuba pour saluer leur Líder Máximo, sans menace armé, non de plein gré et avec tristesse.

  • pierre-yves dubreuil, 30 novembre 2016 18h54

    ’’une vraie liberté qui commence avec la santé des peuples et la formation scolaire.’’

    aussi avec la conscience de ce que sont nos intérêts.

    Pour Trudeau, il prône le droit individuel absolu pour atteindre le communisme ; il confond le moyen avec la finalité.

  • Marcel Haché , 30 novembre 2016 17h47

    Ce n’est pas le moindre des paradoxes que ce soit le père de Justin Trudeau qui soit à l’origine de la dictature et du « gouvernement des juges », qui accablent tout le Canada et le Québec aussi.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités