«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Les lobbys Américains n’ont cure des chiffres. Leur gouvernement leur donnera gain de cause quoique nous en pensions

PRODUITS LAITIERS

Caprice américain

jeudi 20 avril

À en croire le président des États-Unis, Donald Trump, le marché canadien serait fermé aux produits laitiers américains au point de léser ses producteurs. Lui qui prêche l’achat chez lui en a plutôt contre la volonté des producteurs canadiens de résister loyalement à la concurrence américaine.

Les chiffres ne mentent pas. Le Canada est un importateur net de produits laitiers et plus de la moitié des importations viennent des États-Unis. Selon Statistique Canada, la valeur des importations canadiennes de produits laitiers atteignait 971 millions de dollars en 2016, dont 557 millions en provenance des États-Unis. Par rapport à 2015, il s’agit d’une hausse de 17 %. Toujours en 2016, nos exportations de produits laitiers totalisaient seulement 235 millions, dont un peu plus de la moitié étaient destinés à nos voisins américains.

 

En qualifiant d’inéquitable la politique laitière canadienne devant ses partisans du Wisconsin mardi, Donald Trump a fait fi de la réalité, d’autant plus qu’il cherchait à défendre le lait diafiltré, un lait enrichi de protéines alimentaires pouvant servir dans la fabrication des fromages.

 

L’ALENA permet depuis toujours aux transformateurs américains d’exporter au Canada les matières protéiques de lait, le tout en franchise de droits et à l’abri des quotas imposés au lait frais. La quantité de protéines de lait qui peut être utilisée dans les fromages est toutefois réglementée, contrairement au lait frais, ce qui limite le marché.

 

Vers la fin des années 2000, les Américains ont conçu un lait diafiltré qui contient juste assez de protéines pour se soustraire aux quotas, mais pas assez pour ne pas faire office de lait frais dans la production de fromage. Du coup, ils ont pu exporter autant de lait que les producteurs de fromage canadiens en demandaient, ce qui s’est produit, le lait diafiltré étant moins cher que le lait frais canadien. L’impact sur les fermiers a été immédiat. Au Québec, on estime leurs pertes entre 500 $ et 1000 $ par semaine.

 

Cette porte d’entrée que les Américains ont su exploiter pour écouler leur lait existe toujours, mais, depuis environ un an, il y a concurrence. Des transformateurs d’ici ont commencé à produire du lait diafiltré et les producteurs de lait canadiens, désireux de récupérer leur part du marché, ont accepté de leur vendre leur lait frais au prix mondial.

 

Les Américains ont vu leur marché diminuer, et c’est ce qu’ils ne digèrent pas, accusant les Canadiens de concurrence déloyale. Voilà le refrain qu’a repris M. Trump, lui qui a pourtant signé un décret «  Buy American  », un modèle de mauvaise foi commerciale.

 

Fort heureusement, l’ambassadeur du Canada aux États-Unis, David MacNaughton, a aussitôt corrigé le président en citant un rapport du ministère américain de l’Agriculture. Ce dernier montrait que les difficultés du secteur laitier américain étaient surtout attribuables à une surproduction nationale et mondiale et que le Canada n’y contribuait pas.

 

> Lire la suite de l’article sur Le Devoir


Suggérer cet article par courriel
Libre-échange et mondialisation
Les lendemains qui déchantent

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
11 945$  20%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 27/07 Gilles Harvey: 5$
  • 27/07 Le Domaine de L'Étang: 5$
  • 27/07 André Lepage: 5$
  • 27/07 Jean Lussier: 5$
  • 21/07 Jean-Robert Primeau: 50$
  • 21/07 Ginette Doiron: 10$
  • 21/07 Andre Laflamme: 100$
  • 21/07 Gilbert Paquette: 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités