«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Pour diluer encore davantage la présence francophone au Québec !

« C’est le temps de revenir ! » lance Couillard aux anglophones hors Québec

lundi 14 août

(SHERBROOKE) La communauté anglophone éprouve un « sentiment d’éloignement » par rapport au reste du Québec et il faut y remédier, soutient le premier ministre Philippe Couillard. Et il a un message pour les anglophones qui ont quitté la province : « C’est le temps de revenir ! ».

Philippe Couillard a fait cette sortie dimanche au terme du congrès des jeunes libéraux, qui ont rejeté par une forte majorité l’idée de permettre l’accès à l’école anglaise à des élèves francophones dans le cadre d’un projet-pilote. Le débat d’une trentaine de minutes fut enflammé.

Dans son discours de clôture, Philippe Couillard a tenu à s’adresser longuement aux anglophones dans leur langue. « Votre présence est nécessaire, désirée. Nous avons besoin de vous pour un avenir meilleur pour tous les Québécois », a-t-il déclaré.

Le premier ministre a insisté : « L’anglais n’est pas une langue étrangère au Québec. Elle fait partie de notre histoire et de ce que nous sommes ». Il a appelé les jeunes militants anglophones de son parti à inviter leurs « amis qui ont décidé de quitter le Québec à revenir ». « C’est le moment de revenir et de bâtir le nouveau Québec ensemble comme nous l’avons toujours fait », a-t-il lancé.

En conférence de presse, le premier ministre a dit percevoir un « sentiment d’éloignement » chez les anglophones par rapport au reste du Québec. La récente crise au CUSM, l’un des « points de ralliement identitaires » de cette communauté, a alimenté ce sentiment selon lui. Il constate également de l’inquiétude face à la baisse du taux d’occupation des écoles anglaises.

En Gaspésie, « j’ai vu des gens dépourvus parce qu’ils ont de la grande difficulté à entrer en contact avec les services publics pour lesquels ils paient de l’impôt ici. On doit se préoccuper de ça et on doit améliorer les choses », a-t-il ajouté.

> Lire la suite de l’article sur La Presse


Suggérer cet article par courriel
Gouvernement Couillard

Le commencement de la fin

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités