«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Encore un conflit sur le bois d’oeuvre à venir ?

Bois d’oeuvre : le cinquième conflit à l’horizon

dimanche 23 avril

Le cinquième conflit commercial portant sur le bois d’oeuvre entre le Canada et les États-Unis pourrait être déclenché dès la semaine prochaine. Les décideurs politiques canadiens se préparent déjà à calculer les conséquences des nouveaux droits douaniers que comptent imposer les Américains.

Le département américain du Commerce annoncera vraisemblablement mardi qu’il imposera des droits compensatoires sur le bois d’oeuvre canadien, comme il l’avait fait dans les années 80, 90 et 2000.

Dans son dernier rapport sur la politique monétaire, la Banque du Canada avait souligné que « le bois d’oeuvre s’est renchéri sous l’effet du différend canado-américain sur le bois d’oeuvre résineux - la possibilité d’une application rétroactive des nouveaux droits ayant entraîné un ralentissement des expéditions ».

Samedi, son gouverneur, Stephen Poloz, a dit que les répercussions des nouveaux droits seront plus faciles à déterminer lorsque ceux-ci seront connus, mais plusieurs régions du pays en subiront les contrecoups.

« Si le prix du bois d’oeuvre canadien augmente à cause de l’imposition d’une forme de droit compensatoire, cela pourrait faire diminuer les exportations. Le bois d’oeuvre américain deviendra relativement plus concurrentiel, a-t-il dit à des journalistes venus assister à une réunion internationale à Washington. C’est un commerce important pour le Canada. Ce secteur emploie beaucoup de gens. Il est diversifié d’un point de vue géographique. Donc, ça compte. »

Le bois d’oeuvre n’est pas le seul produit canadien qui pourrait subir les foudres de la Maison-Blanche. Donald Trump s’est récemment plaint de l’industrie du bois d’oeuvre, de l’industrie laitière et du secteur de l’énergie. La semaine prochaine, le président américain dévoilera son projet de réforme fiscal. On ne sait pas pour l’instant s’il compte proposer une nouvelle taxe sur les importations.

Quant aux nouveaux droits qui pourront être imposés sur le bois d’oeuvre, Paul Quinn, un analyste chez RBC Marchés des capitaux, prédit qu’ils pourraient être de l’ordre de 30 à 40 %.

> Lire la suite de l’article sur La Presse


Suggérer cet article par courriel
Libre-échange et mondialisation
Les lendemains qui déchantent

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
11 945$  20%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 27/07 Gilles Harvey: 5$
  • 27/07 Le Domaine de L'Étang: 5$
  • 27/07 André Lepage: 5$
  • 27/07 Jean Lussier: 5$
  • 21/07 Jean-Robert Primeau: 50$
  • 21/07 Ginette Doiron: 10$
  • 21/07 Andre Laflamme: 100$
  • 21/07 Gilbert Paquette: 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités