«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Bienvenue au Québec

Lettres au Devoir
lundi 20 août 2007

Mario Dumont envoie un message fort ambigu aux candidats à l’immigration au Québec : nous avons besoin de vous pour faire marcher l’économie, mais la société québécoise n’a plus de capacité de vous intégrer. Nous voulons vos bras et vos cerveaux, mais pas vos coeurs... Le chef de l’ADQ dit craindre la création des ghettos, mais, consciemment ou non, il invite les immigrants à y entrer.

À moins que les jeunes Québécois ne décident soudainement de se dévouer à la procréation, le Québec devra non seulement accepter, mais inviter des immigrants et tâcher de les retenir. Alors, aussi bien les accueillir avec sérénité et, de préférence, avec le sourire aux lèvres. J’aimerais que nous tous, les Québécois de naissance et d’adoption, projetions une image de confiance en nous, que nous soyons fiers de notre société. Francophone, ouverte au monde, progressiste, pacifique, tolérante, soucieuse de l’environnement, sûre de ces valeurs égalitaires, une société moderne à laquelle tous les nouveaux arrivants auront envie de s’identifier.

D’ailleurs, la plupart des immigrants ne demandent pas mieux qu’à s’intégrer. Bien entendu, il y aura toujours quelques extrémistes qui formuleront des demandes indues, pour, entre autres choses, mieux manipuler leur propre communauté. Il convient de désamorcer ces dérives sans qu’à chaque événement on remette en question l’opportunité d’accueillir des immigrants.

D’autre part, il ne faut pas oublier que le fait de quitter son pays d’origine, bien que libérateur sur le plan politique ou économique, demeure une expérience déchirante et douloureuse. Il n’est pas facile de perdre son pays, parfois pour toujours, de laisser ses amis, son emploi, de voir disparaître tous ses repères et d’affronter un monde nouveau. L’intégration de l’immigré ne se fera que graduellement à travers des expériences favorables vécues au sein de la société d’accueil. Si cette dernière projette une image de fermeture et d’hostilité, qui voudra s’y intégrer et d’y contribuer de manière durable ?

***

Jana Havrankova, Saint-Lambert

Suggérer cet article par courriel
Immigration - capacité d’accueil

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
8 690$  14%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 24/05 Françoise Simard: 25$
  • 23/05 Jose Almeida: 40$
  • 22/05 Nicole Hamel : 50$
  • 22/05 Pierre Bourassa: 20$
  • 10/05 Pierre Vachon : 100$
  • 8/05 Normand McCluskey: 5$
  • 8/05 Pierre Renaud: 30$
  • 8/05 Gilles Thouin: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités