«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Duceppe pose à Couillard les questions du site DossierCouillard.com

Avant de donner des leçons, Philippe Couillard devrait apporter des explications

Philippe Couillard tente de faire la leçon à Pauline Marois, allant même jusqu’à se moquer d’elle.

Il intervient pourtant en terrain glissant lorsqu’il aborde les questions de la Charte et celle de l’avenir du Québec.

Sur la Charte

Philippe Couillard attaque le PQ sur la Charte en dénonçant son caractère discriminatoire. Précisons au départ qu’il est tout à fait légitime d’avoir des divergences au sujet de la Charte et qu’en démocratie tout citoyen peut exprimer des idées qui diffèrent de celles proposées par le gouvernement. C’est d’ailleurs mon cas et je l’ai dit publiquement.

Cependant, toute critique doit reposer sur la rigueur et la cohérence. C’est pourquoi je ne peux comprendre que Philippe Couillard dit vouloir lutter contre l’exclusion et l’intégrisme alors qu’après avoir été ministre de la Santé il a été conseiller du prince Abdullah bin Abdulaziz Al-Rabeeah, ministre de la Santé du Royaume d’Arabie saoudite.

Comment peut-il sérieusement prétendre vouloir défendre les droits des femmes alors qu’il fut conseiller d’un pays où les femmes n’ont aucun droit ?
Philippe Couillard siégeait également au Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS), l’organisme qui surveille les activités du Service canadien de renseignement de sécurité. À l’époque, Philippe Couillard siégeait au CSARS au côté de son bon ami Arthur Porter ! Voilà qui est pour le moins curieux, alors qu’en même temps il était conseiller d’un pays qui finance le terrorisme à l’échelle de la planète.

Comment Philippe Couillard peut-il prétendre vouloir lutter contre l’intégrisme alors qu’il collaborait avec un régime qui finance les groupes terroristes et qui bafoue brutalement les droits des femmes ?

Sur la Constitution

Philippe Couillard se moque de Pauline Marois et des souverainistes sur des questions pour lesquelles il démontre une méconnaissance surprenante. Je pense en particulier à celles du passeport et de la monnaie. Nous reviendrons dans quelques jours sur ces questions.

Je demande toutefois à Philippe Couillard de rendre publiques ses propositions sur l’avenir du Québec en tant que province canadienne.

Le fédéralisme tout comme la souveraineté est une option démocratique. C’est celle de Philippe Couillard, mais il ne suffit pas d’être fier de son appartenance au Canada, encore faut-il expliquer comment cela se matérialise. Brian Mulroney l’a fait avec ferveur, honnêteté et clarté.

Philippe Couillard pourrait-il en faire autant ? Il nous dit qu’il veut que le Québec soit reconnu telle une société distincte, alors que même le Parlement canadien reconnaît que les Québécois forment une nation !

Veut-il que cela soit enchâssé dans la constitution ? Partage-t-il la même opinion que le Parti Libéral du Québec sur le rapatriement unilatéral de la Constitution de 1982 ou celle du Parti Libéral du Canada ?

Même histoire en ce qui concerne un éventuel référendum sur la souveraineté. Pauline Marois refuse de dire quand elle le ferait, ce qui est normal. Toutefois, elle garantit aux Québécois qu’ils auront le dernier mot.

Philippe Couillard, lui, ne donne pas cette garantie aux Québécois. On attend toujours : s’engage-t-il, oui ou non, à tenir un référendum avant de signer la Constitution ?

Avant de faire la leçon à Pauline Marois, Philippe Couillard devrait faire ses devoirs.


Suggérer cet article par courriel
PLQ - La descente aux enfers
Les mille et un cauchemars de Philippe Couillard

Au Québec, sous le gouvernement Libéral, il n’y a pas de séparation entre le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire. Or cette séparation constitue le fondement de l’État de droit depuis Montesquieu (L’esprit des lois).

L’opposition a proposé que la nomination du Commissaire de l’UPAC relève de l’Assemblée nationale. Le gouvernement Libéral a refusé. Il va donc nommer seul celui qui va enquêter sur... le PLQ !

Le coulage de l’info de l’intérieur de la SQ (Hamad, Bibeau, etc.) est la réponse au PLQ des policiers-enquêteurs qui veulent en finir avec la corruption érigée en système par le régime.

Vigile

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
7 645$  13%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 26/04 Diane Gagnon: 50$
  • 23/04 René Ricard : 50$
  • 23/04 Jacques Coulombe Ltée : 20$
  • 22/04 François Dubois : 20$
  • 20/04 André Daoust : 40$
  • 19/04 Jacques Tremblay : 50$
  • 19/04 Simon Garneau: 25$
  • 19/04 Simon Bergeron: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités