«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Le portrait hideux de l’austérité néo-libérale

Après les routes et les écoles... des hôpitaux et CHSLD en ruine

Des aînés et des jeunes en difficulté du Québec vivent dans des établissements en décrépitude, dont le pourcentage de vétusté dépasse 100 %.

En effet, le Plan québécois des infrastructures (PQI) 2017-2018 montre que 156 édifices appartenant à des CHSLD, Centres jeunesse ou hôpitaux de la province sont dans un état considéré comme « mauvais » ou « très mauvais », soit 18 % des structures répertoriées. Ce chiffre inclut diverses ailes ou sections pouvant appartenir à un même établissement.

Depuis deux ans, Québec a entrepris l’évaluation des 2648 établissements de son réseau de santé à la suite d’un rapport du Vérificateur général. À ce jour, 70 % du parc immobilier a été inspecté.

Il en coûterait près de 436 millions $ pour ramener l’état de ces édifices « à un niveau au moins satisfaisant », selon le PQI. « Il n’y a pas de danger physique » pour les usagers, assure toutefois la porte-parole du ministère de la Santé, Marie-Claude Lacasse.

« Cela dit, effectivement, ils vont être priorisés dans les travaux qui seront effectués », ajoute-t-elle.

Depuis 2007, Québec a consacré 4,8 G$ au maintien des immeubles du réseau de la santé, souligne la porte-parole, dont 1,4 G$ en rénovation fonctionnelle.

Moins cher de reconstruire

Parmi les établissements en piteux état, le Centre de réadaptation Mont-Saint-Antoine, dans l’est de Montréal, affi­che le pire indice de vétusté physique, soit le ratio entre le coût pour rénover un actif ou le remplacer.

Ainsi, l’unité de vie du centre, qui accueille de jeunes hommes en difficulté, affiche un indice de vétusté de... 235 %. Il en coûterait 16,3 millions $ pour combler le déficit de maintien d’actif, contre 7,4 millions $ pour remplacer l’édifice.

La bâtisse principale du centre n’a pas meilleure mine, avec un indice de vétus­té de 76 %.

Hôpitaux et CHSLD

Les hôpitaux et CHSLD ne s’en tirent guère mieux. À Montréal, sept pavillons de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas obtiennent la cote E, ce qui signifie qu’ils nécessitent des « travaux de maintien d’actifs très importants et souvent urgents ».

Dans la Capitale-Nationale, les bâtiments 1 et 2 de l’Hôtel-Dieu de Lévis reçoivent aussi la pire cote.

Du côté des CHSLD, 77 établissements reçoivent la cote D ou E, bien qu’il s’agisse du milieu de vie de nombreux aînés. « Les CHSLD sont le parent pauvre du réseau de la santé, estime Pierre Blain, directeur général du Regroupement provincial des comités des usagers. C’est toujours [un problème de] négligence vis-à-vis de nos aînés. »

Édifices (ailes ou sections) qui ont obtenu la cote D ou E

CHSLD : 77

Centres jeunesse : 24

Hôpitaux : 55


Indice de vétusté physique (IVP)

Exprimé en pourcentage, l’IVP calcule le coût estimé des travaux de maintien d’actifs, divisé par la valeur de remplacement de cette infrastructure. 

Les 5 CHSLD les plus vétustes

Taux de vétusté

Centre d’hébergement J.-Henri-Charbonneau ( bâtiments 3 ), à Montréal

  • 147 %

Résidence Le Pionnier d’Hébertville ( agrandissement ), à Hébertville

  • 112 %

Centre d’hébergement de Dorval ( bâtiment 2 ), Dorval

  • 102 %

Centre d’hébergement de Sainte-Élisabeth ( bâtiment 2 ), à Sainte-Élisabeth

  • 81 %

Centre d’hébergement J.-Henri-Charbonneau ( bâtiments 2 ), à Montréal

  • 67 %

Des exemples d’infrastructures en piteux état

Hôtel-Dieu de Lévis (Lévis)

CHSLD/hôpitaux scrapes
Photo Simon Clark

Dans la région de la Capitale-Nationale, le bâtiment no 1 de l’Hôtel-Dieu de Lévis a mauvaise mine, avec un indice de vétus­té de 93 %. Son bâtiment no 2 reçoit aussi la cote E. Il s’agit toutefois de tout petits édifices qui ont respectivement une superficie de 70 m2 et 510 m2.

Institut universitaire en santé mentale Douglas (Montréal)

CHSLD/hôpitaux scrapes
Photo Chantal Poirier

L’Institut universitaire en santé mentale Douglas, dans l’ouest de l’île de Montréal, aurait besoin d’une cure de jouvence. Dix-huit de ses 35 édifices sont dans un état considéré comme « mauvais » ou « très mauvais ». L’endroit aurait besoin de 27 millions $ de travaux uniquement pour maintenir les actifs.

Centre d’hébergement J.-Henri Charbonneau ( Montréal )

CHSLD/hôpitaux scrapes
Photo Chantal Poirier

Le Centre d’hébergement J.-Henri Charbonneau, à l’angle des rues Sherbrooke et Préfontaine, à Montréal, obtient le pire score parmi les CHSLD, avec son bâtiment no 3 qui affiche 147 % de vétusté. Ses bâtiments no 2 et no 3 obtiennent aussi la cote E.

Centre d’hébergement Champlain (Montréal)

CHSLD/hôpitaux scrapes
Photo Chantal Poirier

Le Centre d’hébergement Champlain, dans le nord de Montréal, aurait aussi besoin d’amour. Son bloc C a obtenu une cote E. Il nécessiterait des investissements de 3,9 millions $ simplement pour être maintenu à niveau.


Suggérer cet article par courriel
Les dérives de notre temps

 

À l’heure des remises en question

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
8 740$  15%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 26/05 Jacques Bélanger : 50$
  • 24/05 Françoise Simard: 25$
  • 23/05 Jose Almeida: 40$
  • 22/05 Nicole Hamel : 50$
  • 22/05 Pierre Bourassa: 20$
  • 10/05 Pierre Vachon : 100$
  • 8/05 Normand McCluskey: 5$
  • 8/05 Pierre Renaud: 30$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités