«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Qui veut tromper n’hésite pas à mentir

Apprentissage des langues, Penfield et CIA

On sait que le Pentagone investit les forums pour combattre les tendances anti-étasuniennes qui peuvent s’y manifester, plus particulièrement à propos des croisades militaristes des Etats-Unis comme c’est actuellement le cas en Afghanistan et encore en Irak.
Ce que l’on sait moins, c’est que la CIA investit d’autres sites pour nous faire l’apologie de l’anglais et d’autres merveilles anglo-saxonnes et particulièrement étasuniennes.
L’exagération et la boursouflure, quand ce ne sont pas les affirmations carrément mensongères, accompagnent toujours, bien sûr, la propagande de l’empire.
Charles Durand

LA PLASTICITÉ DU CERVEAU SELON PENFIELD

L’idée de malléabilité du cerveau est celle de Wilder Penfield, neurochirurgien, devenu célèbre dans les années 50 et 60 à pour ses expériences de cartographie du cerveau à l’aide d’électrodes plantées dans le cerveau de ses « cobayes humains ». Penfield parlait alors de la « plasticité du cerveau » de l’enfant en bas âge pour l’apprentissage des langues étrangères. Cela se passait en 1953 dans une conférence internationale aux USA devant des spécialistes de l’enseignement des langues. Il reprend ce thème en 1959 dans un livre dont il était co-auteur.

En réalité, il reprend en 1959, presque mot pour mot, (dans un chapitre où il est seul auteur) la totalité de sa conférence de 1955.

Penfield théorise l’existence d’une plasticité du cerveau pour expliquer une apparence de plus grande facilité d’apprentissage des langues étrangères chez l’enfant en bas âge.

Dans les années 50, Penfield était révéré comme un demi-dieu dans certains milieux, notamment à la McGill University de Montréal. C’était leur plus célèbre professeur.

Dans sa conférence de 1955, Penfield avoue candidement (devant son auditoire de spécialistes de l’enseignement des langues) ne rien connaître à l’enseignement des langues. Par contre, enhardi par certains articles vantant la grande intelligence de son hypothèse, il supprime du chapitre publié en 1959 toute mention sur son ignorance en matière d’enseignement des langues. Par la suite, les nombreux reportages dans une multitude de médias anglophones ont vanté son idée. Sollicité de toutes parts, Penfield ne s’est pas privé de faire la promotion de son hypothèse comme un fait réel.

En 1963, un autre professeur de McGill (Wallace Lambert) s’entiche de l’idée de Penfield et entreprend (avec l’appui public de Penfield) d’implanter les première classes d’immersion de français à des enfants de bas âge d’une école primaire anglaise dans la ville de Saint-Lambert au sud de Montréal. (Le nom de la ville et le patronyme de Wallace Lambert sont une coincidence.) Ces expériences dans la ville de Saint-Lambert portent le nom de « the Saint-Lambert experiments ».

(À l’époque, la ville de Saint-Lambert était essentiellement peuplée d’anglophones travaillant au centre-ville de Montréal dans la périphérie de l’Université McGill. Il fallait moins de 30 minutes pour se rendre de Saint-Lambert au centre ville de Montréal par train. Les gens qui y habitaient faisaient partie d’une élite supérieure 1- économiquement 2 - en scolarisation 3 - unilingues anglais dans un système qui privilégiait les unilingues anglais.)

THE SAINT-LAMBERT EXPERIMENTS

Il s’agit en réalité d’une série d’expériences dont la nature a évolué dans le temps.

Dans un premier temps, conformément à la théorie de Penfield, on a tenté de faire l’enseignement en français uniquement à des enfants unilingues anglais de première année.

Pour les enfants de première année dont les parents avaient vanté le bonheur d’aller à l’école pour y apprendre plein de choses intéressantes, ce fut le désastre total car les classes entières d’enfants ne comprenaient rien à l’enseignement donné dans une langue dont ils ignoraient tout.

Des expériences similaires ont aussi eu lieu avec des enfants de la maternelle. Là aussi ce fut un fiasco total.

Rapidement, les parents qui avaient accepté d’y inscrire leurs enfants ont déchanté et ils ont violemment critiqué les administrateurs scolaires qui avaient fait la promotion de ce projet.

Wallace Lambert a dû progressivement retarder l’âge du début de ces classes d’immersion française à la deuxième moitié du primaire. Toutes les publications de l’époque vantant le prétendu succès du modèle de classes d’immersion française occultent le fiasco des premières tentatives à la maternelle et la première année.

En fait tous les rapports de recherche sur les expérimentations de Wallace Lambert sont fautifs lorsqu’ils ne sont pas carrément mensongers, du simple fait que l’on ne veut pas voir ou reconnaître les effets pervers, donc on en parle le moins possible.

LES OBJECTIFS STRATÉGIQUES DE L’ÉTAT

Mais cela n’a pas empêché les idéologues entichés de l’idée de Penfield de faire la promotion de l’enseignement d’une langue étrangère le plus tôt possible au primaire.

Pour le gouvernement canadien qui doit faire face à la menace séparatiste du Québec, la promotion de l’apprentissage en bas âge de l’anglais par tous les francophones du Québec devient un objectif stratégique d’État.

Pour le gouvernement canadien il faut à tout prix qu’il y ait plus d’anglophones fidèles au Canada qui puissent comprendre le français et faire l’analyse de ce qui se pense et se dit au Québec. La croissance des services de renseignement sur le Québec a été exponentielle.

L’ÉCOLE AU SERVICE DE LA PROPAGANDE DE L’ÉTAT

Pour accroître le nombre de francophones qui croient en la nécessité absolue de connaître l’anglais, on fait la propagande dès l’école primaire auprès des enfants, des parents d’enfants, des enseignants et cadres scolaires.

Le gouvernement fédéral finance une multitude de personnalités et d’organismes qui font la promotion de l’anglais en particulier la Société pour la promotion de l’enseignement de l’anglais au Québec (SPEAQ) qui était pendant les première années uniquement un organisme de propagande avant que les enseignants d’anglais du réseau français y deviennent majoritaires. Lorsque ces enseignants y sont devenus majoritaires ils ont obtenu que le Ministère de l’Éducation du Québec reconnaisse la SPEAQ comme organisme représentant les enseignants d’anglais dans les comités ministériels au même titre que les enseignants de sciences, de mathématiques ou de français. C’est ainsi qu’un organisme de propagande financé par le fédéral a réussi à s’infiltrer dans certains processus décisionnels du Ministère de l’Éducation du Québec.

PENFIELD, LAVAGE DE CERVEAUX ET CIA

Au milieu des années 70, éclate le scandale MK-ULTRA. Des archives de la CIA et des enquêtes aux USA révèlent que le Dr Donald Ewen Cameron directeur du Allan Memorial Institute (partie de l’Université McGill) a fait des expériences de lavage de cerveau sur des cobayes humains à Montréal non-consentants qui croyaient recevoir des soins médicaux. Le gouvernement canadian a refusé de permettre l’accès aux archives de ses services secrets à ce sujet.

Officiellement, le Dr Cameron qui est décédé avant l’enquête, a été tenu seul responsable de tout les abus.

La réalité est tout autre

Étrangement, une de mes connaissances personnelles participait aux recherches de lavage du cerveau menées à Montréal. Dès l’été 1962, j’ai eu plusieurs échanges avec ce professionnel travaillant avec Penfield sur le lavage de cerveau.

Nous avons discuté de l’usage de drogues et de l’hypnose. C’était plus de dix ans avant que le scandale MK-ULTRA n’éclate. Cela signifie que Wilder Penfield était impliqué dès le début des recherches sur le lavage du cerveau. De toutes façons, il était considéré à l’époque comme la sommité mondiale sur le cerveau, de sorte que rien de majeur ne pouvait se faire sans qu’on le consulte.

Lorsque le scandale MK-ULTRA éclate dans les années 70, Penfield est toujours vivant et respecté. Il fallait protéger sa réputation, ce qui impliquait de trouver un bouc émissaire ; Cameron, déjà mort, devenait le coupable idéal.

POURQUOI PROTÉGER LA RÉPUTATION DE PENFIELD ?

Pour l’État Canadian, protéger Penfield devenait un objectif stratégique :

Sa mise au ban de la communauté scientifique aurait eu pour effet de discréditer encore plus sa théorie sur la plasticité du cerveau. Or, cette théorie était au cœur du système de propagande de l’État canadien pour la bilinguisation de tous.

Les objectifs stratégiques de bilinguisation du gouvernement canadian commandaient le maintien de la croyance en la théorie de Penfield. C’est ainsi que les milliers de diplômés de McGill dans leur propagande (faite généralement de bonne foi) soutiennent toujours que ce qui est en réalité une simple théorie serait « un fait scientifiquement prouvé ».

DES RECHERCHES QUI INFIRMENT LA THÉORIE DE PENFIELD

Compte tenu de sa célébrité, les écrits de Penfield (1955 et 1959) ont fait fureur auprès des experts en enseignement des langues de l’anglosphère. Les nombreux reportages dans les médias vantaient sa théorie et Penfield, coqueluche des médias anglophones, ne se privait pas pour vanter ses idées.

Pour les experts en enseignement des langues, il devenait essentiel de vérifier la validité ou l’invalidité de la théorie de Penfield.

C’est pour cette raison que deux recherches scientifiques d’envergure distinctes ont été commandées et ont duré chacune environ dix ans. Les résultats ont été publiés en 1975.

L’une sous la direction de Clare Burstall sous l’égide du National Foundation for Educational Studies au Royaume-Uni, a été faite sur 17 000 élèves alors que l’autre sous la direction de l’Américain John Bissell Carroll sous l’égide de l’UNESCO a été faite sur quelque 30 000 élèves.

Les résultats des deux études contredisent la théorie de Penfield et sa théorie est scientifiquement discréditée. Il s’agissait des deux principales recherches sur le sujet, mais d’autres de moindre envergure ont eu lieu depuis.

Même discréditée, cela n’empêche pas les pseudos-savants de l’Université McGill et du gouvernement canadian de continuer à mentir en prétendant que la théorie de Penfield constituerait « un fait scientifiquemen prouvé ».

Si certains trompent par ignorance, d’autres trompent en toute connaissance. De nombreux experts de McGill University savaient dès la publication des travaux de Burstall (1974) et de Carroll (1975) que la théorie de Penfield était invalide. Mais ils ont continué à faire la promotion de la théorie de Penfield. Qui veut tromper n’hésite pas à mentir.

Bibliographie

BURSTALL, Clare, JAMIESON, Monika, COHEN, Susan & HARGREAVES, Margaret (1974). Primary French in the Balance. A report of the National Foundation for Educational Research in England and Wales. Slough : NFER Publishing Co.

CARROLL, John Bissell (1975). The Teaching of French as a Foreign Language in Eight Countries. (International Association of Educational Achievement - Editor.) Stockholm : Almqvist & Wiksell.

PENFIELD, Wilder (1953). A Consideration of the Neuro-physiological Mechanisms of Speech and some Educational Consequences. In Proceedings of the American Academy of Arts and Sciences, Vol. 82, N° 5, pages 201-214.

PENFIELD, Wilder. 1959. The learning of languages. In PENFIELD, WILDER & ROBERTS, Lamar (eds.) Speech and Brain-mechanisms, Princeton : Princeton University Press.


Suggérer cet article par courriel
Culture québécoise
L’étouffement tranquille

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 860$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$
  • 17/08 Henri-Paul Simard: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités