«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Un patron progressiste ?

Alexandre Taillefer réclame un salaire horaire minimum à 15$

Des gens travaillent 40 heures par semaine pour vivre sous le seuil de la pauvreté

dimanche 14 août 2016

Les syndicats et groupes sociaux qui réclament un salaire minimum à 15 $ l’heure se sont trouvé un allié inusité en la personne de l’homme d’affaires Alexandre Taillefer, vendredi, au Forum social mondial.

L’investisseur reconnu pour ses idées progressistes s’est fait lui aussi le promoteur de cette idée de hausser le salaire minimum à 15 $ l’heure sur cinq ans, au nom de la « décence », et pour sortir des milliers de travailleurs de la pauvreté. « Ma position est une position avant tout de décence. Nous avons aujourd’hui l’obligation de fournir à des gens qui décident de travailler 40 heures par semaine des conditions salariales décentes », a lancé l’homme d’affaires devant un auditoire ravi au Forum social mondial.

M. Taillefer était conférencier au FSM, vendredi après-midi, aux côtés du président de la FTQ, Daniel Boyer, et du député néodémocrate Alexandre Boulerice, entre autres. « 10,75 $, ça vous donne un salaire annuel de l’ordre d’à peu près 21 500 $. Le seuil de pauvreté a été établi au Canada, à partir du 1er mai, à 23 800 $. Ce qu’on envoie comme message à notre société, c’est qu’on permet à des gens de travailler 40 heures par semaine et de vivre sous le seuil de la pauvreté. Et ça, pour moi, c’est inacceptable », s’est exclamé M. Taillefer.

Il a admis qu’il faudrait en étudier les répercussions, notamment sur la robotisation. Quant à ses effets sur l’emploi, « les études empiriques par rapport au fait que les gens vont perdre leur emploi partent d’un côté ou de l’autre. La réalité, c’est qu’on a l’obligation aujourd’hui d’offrir à ces gens-là des conditions décentes », a-t-il répété, affirmant que ce n’est pas qu’une question économique, mais aussi une question sociale.

Des opinions similaires

Interviewé après son allocution, il a assuré qu’il n’était pas le seul homme d’affaires au Québec à défendre de telles idées, bien que les autres choisissent de se faire plus discrets.

À ses côtés, le président de la FTQ a réclamé une véritable coalition en faveur de ce salaire minimum à 15 $, puisqu’à l’heure actuelle, les centrales syndicales font chacune campagne de leur côté, avec certaines nuances, par exemple sur l’échéancier pour atteindre cet objectif de 15 $ l’heure. « Malheureusement, il n’y a pas encore de coalition et on devra faire une coalition », a opiné M. Boyer, dont la centrale compte plus de 600 000 membres au Québec.


Suggérer cet article par courriel
Québec et Progrès social
Ne laisser personne à la traîne

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 860$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$
  • 17/08 Henri-Paul Simard: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités