«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

La marge de manœuvre des États-Unis se réduit au Moyen-Orient

Al-Tanf : Les USA frappent la Résistance ; l’Iran réagit

samedi 12 août

Dans un article publié par l’agence de presse iranienne IRNA, l’analyste iranien, Amir Masrouri revient sur la récente frappe à l’artillerie américaine contre les forces de la Résistance à al-Tanf, ce point de passage frontalier syrien qui se trouve sur les frontières avec l’Irak.

«  Cette attaque a fait plus de 40 morts et un grand nombre de blessés dans les rangs des forces de la Résistance. Les Hachd al-Chaabi n’ont pas tardé à promettre une cinglante riposte. Depuis le début de la bataille de Mossoul, les Américains n’ont pas cessé en effet de prendre pour cible de leurs hostilités les Hachd al-Chaabi pour ce que ces derniers représentent, à savoir une force à caractère nationale, patriote et prête à tout pour défendre l’Irak contre ses ennemis"

 Rien d’étonnant donc de voir les Américains faire tout en ce moment pour écarter les Hachd de la bataille pour la libération de Tal Afar, cette localité de l’ouest de Mossoul, toujours aux mains de Daech. Il va sans dire que dans toute cette histoire, c’est l’Iran et l’axe de la Résistance qui sont en ligne de mire. Or à Al-Tanf, les Américains sont allés trop loin : ils ont pris pour cible d’une offensive-éclair, les soldats de la Résistance engagés en pleins combats contre Daech comme s’ils cherchaient à venger la victoire absolue que fut la "jonction" à la frontière syro-irakienne de l’armée syrienne et des Hachd al-Chaabi, l’une à l’autre. Mais la frappe US conjuguée à l’assaut des terroristes de Daech qui ont fait une cinquantaine de morts dans les rangs de la Résistance restera-t-elle impunie ? Rien n’est moins sûr. 

 

Quelques heures après le raid américain contre les forces de la Résistance Fox News rapportait l’information suivante : "un drone iranien baptisé Qom-1 s’est approché d’un avion de chasse F-18 en dessus du Golfe Persique, provoquant des perturbations sur son trajet". Et la chaîne américaine d’ajouter : " Auparavant un autre drone américain avait été intercepté par un drone iranien, cette fois en Syrie".

Les Américains semblaient avoir enfin compris le message : ce double geste de la part de l’Iran (bien que non revendiqué par les autorités iraniennes) prouve la capacité iranienne à frapper les cibles US , non seulement par terre et par mer mais aussi par voie aérienne. Si les drones iraniens sont à même de s’approcher des F-18 américains, ils sont aussi capables de les prendre pour cible, par exemple quand ils sont posés à bord des navire de guerre.

Et l’analyste d’ajouter : l’Iran se vengera contre tout comportement hostile à l’encontre de la Résistance. Si jamais les USA reproduisent ce qui s’est passé à al-Tanf, les avions de chasse US pourraient bien s’exposer aux forces navales de l’armée iranienne dans le Golfe Persique. "Ceci est un message d’avertissement clair contre les États-Unis qui de leur côté l’ont bien reçu et ont tenté de se déresponsabiliser de l’attaque contre la Résistance à al-Tanf.


Suggérer cet article par courriel
Géopolitique — Syrie
Les luttes contre l’impérialisme atlantiste

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 860$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$
  • 17/08 Henri-Paul Simard: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités