«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Retour sur 2005

À propos d’unité et de sabotage

De démissions et de votes cruciaux

Tribune libre de Vigile
samedi 11 avril 2015
464 visites

L’année 2015 marquera le dixième anniversaire de ce qu’il faut et ne pas faire pour servir une cause. Reportons - nous en mai 2005. La commission Gomery déballe tous les jours les détails sur ce qu’il est convenu d’appeler le scandale des commandites. Les cotes d’écoute télévisées sont prodigieuses aidées en cela par le local-out de la LNH. L’effet est spectaculaire. Je cite les chiffres de mémoire : l’appui à la souveraineté dépasse enfin les cinquante pour cent et même l’appui au Parti Québécois dépasse 40% dans les sondages. Bref l’avenir est prometteur...

À Ottawa doit se tenir un vote crucial, la survie du gouvernement minoritaire de Paul Martin est en jeu. S’il est défait, le Bloc Québécois peut espérer rafler 60 sièges.Nous allons alors assister à une grande démonstration de mobilisation et d’unité. Les libéraux vont d’abord s’assurer de l’appui du NPD mais c’est insuffisant. Ils vont aller chercher un député ex-conservateur devenu indépendant et qui est gravement malade.

Mais le compte n’y est toujours pas. Qu’à cela ne tienne, on va offrir un poste de ministre à un élu conservateur et le tour sera joué. Belinda Stronach sauvera le gouvernement Martin par une voix. Les intérêts supérieurs du Canada ont prévalu. Puis quelques semaines plus tard doit se tenir à Québec un autre vote tout aussi important, celui de la confiance des délégués du Parti Québécois à l’égard de leur chef Bernard Landry.

Tout semble aller pour le mieux et le vote ne devrait être qu’une simple formalité. Hélas non ! Près de 25% des délégués n’appuient pas Bernard Landry et celui - ci claque la porte avec les conséquences que l’on connaît. Certains espéraient Gilles Duceppe, d’autres François Legault mais ce sera finalement André Boisclair qu’ils obtiendront. Est - ce que le Parti Québécois sous la gouverne de Bernard Landry aurait formé le gouvernement lors des élections suivantes en 2007 ? Impossible de le savoir. Mais l’accueil qu’a reçu le documentaire "À hauteur d’homme " de Jean - Claude Labrecque m’autorise à croire que sous sa gouverne le PQ aurait fait mieux !

Il y a une importante leçon à tirer de cette période alors que la course à la chefferie du Parti Québécois entre dans son dernier droit et je m’adresse ici à tous les militants. Quelque soit la personne qui sera élu chef du Parti Québécois, ralliez -vous ou taisez-vous pour l’amour du Québec !

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
440$  1%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 12/01 Gilles Longtin: 50$
  • 11/01 Henri Marineau : 25$
  • 10/01 Majella D'Anjou: 100$
  • 9/01 Marc Huber: 40$
  • 9/01 Claude Viger: 40$
  • 9/01 Sylvain Bolduc: 10$
  • 9/01 Ludovic Marin: 10$
  • 9/01 Gilles Dionne: 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités