«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Nos débuts glorieux !

407 Chandelles

1608-1634-1642

Tribune libre de Vigile
mercredi 1er juillet 2015
386 visites 1 message

Il est bon parfois de prendre une pause, un peu comme dans la période des Fêtes, pour regarder vers l’arrière et se remémorer nos origines, nos débuts et notre histoire en tant que peuple Québécois. Il y a eu une multitude de dates importantes à mes yeux, ces dates sont rattachées aux fondations de la province, de notre peuple, bref chez-nous !

En voici 3 qui sont inoubliables. Bien sûr, il y pourrait y en avoir plusieurs autres mais en voici 3 qui, selon moi, sont inoubliables et forment la base de tout : 1608, 1634 et 1642.

1608, le 3 juillet Champlain fondait Québec à la Place Royale de Québec en y construisant la première habitation. ( Voir le texte plus bas qui souligne l’anniversaire de ma ville ).

1634 Laviolette, par l’aide de Champlain, fonde Trois-Rivières.

1642 L’histoire de Montréal débute quand 3 bateaux quittent Québec. Même si Champlain y bâtit un poste de traite en 1611, c’est à Paul Chomedey de Maisonneuve de fonder Montréal en 1642. N’oublions pas l’aide exceptionnelle de Jeanne Mance. Elle fêtera ses 375è anniversaire en 2017.

**************************************

407 chandelles

Québec, fier joyau de l’Amérique et berceau de la francophonie. Aussi vieille que belle ma ville regorge de beautés, de secrets bien gardés et d’une histoire riche qui se découvre en la parcourant. Elle a conservé tout son charme à travers le temps et les bombardements ; même qu’elle a su s’embellir d’une fontaine. Quel plaisir renouvelé de parcourir la Place Royale où Champlain y bâtit la première habitation. J’affectionne particulièrement le Vieux-Québec, une exposition à ciel ouvert, pour y observer son architecture, ses portes, ses boutiques, les restaurants et surtout les gens souriants qui défilent comme un long fleuve social. Dans les petites rues étroites, des secrets et des vérités se révèlent à notre curiosité à travers ses méandres. La Place d’Youville, le coeur de la ville, bordée par le Palais Montcalm, la Porte St-Jean et le Capitole nous présente un charme incomparable digne d’une carte postale. Les plaines D’Abraham, ce grand parc urbain de style victorien, nous propose un espace vert où il fait bon de s’y arrêter pour pratiquer le farniente et même voir un spectacle. Les charmes indéniables de la haute-ville et de la basse-ville valent incontestablement le détour, tout comme ses multiples quartiers attachants, chaleureux et colorés. La Grande-Allée, rue majestueuse et prestigieuse aux multiples terrasses, nous offre un détour vers la Colline Parlementaire. Que dire de l’auguste Château Frontenac bien campé sur le cap Diamant et de sa terrasse Dufferin, tel un tableau classique d’un grand maître. Principale carte postale de la ville cet endroit si invitant nous présente le fleuve, là où l’histoire fit son entrée, dans toute sa beauté devant un panorama bucolique au caractère unique. Elle a tant à dire et à dévoiler ma ville. Elle me gave de satisfaction dans la joie, mon cœur bat la chamade sous une pluie d’étoiles. QUÉBEC, TU ES MIENNE. JE T’AIME. 

Commentaires

  • Marie-Hélène Morot-Sir, 2 juillet 2015 01h05

    Votre merveilleuse ville de Québec, seule ville fortifiée d’Amérique du Nord dont les fortifications sont encore visibles, dont même Frontenac ne pourra s’empêcher d’écrire à Colbert peu après son arrivée en Nouvelle France « Rien ne m’a paru plus beau et plus magnifique que l’emplacement de Québec… »

    Le 7 avril 1672 Louis de Buade, comte de Frontenac avait reçu la charge de Gouverneur de la Nouvelle France.

    Il avait quitté la Rochelle le 28 juin 1672 envoyé en Nouvelle France pour ce poste important de Gouverneur Général. A son arrivée, il trouva le château Saint Louis sur l’escarpement rocheux dominant le fleuve, avec cette vue exceptionnelle sur le Saint Laurent, sur l’île d’Orléans et sur le petit bourg de Lévis juste en face.

    Ce château avait été reconstruit en 1646 sur le précédent fort Saint Louis lui-même reconstruit en 1620 par Samuel Champlain succédant ainsi à l’ancien petit fortin de 1608.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités